"C'est dur, mais je ne suis pas dans le trente-sixième dessous", réagit Elise Mertens. " J'ai bien joué. Ce n'était pas comme lors de mes matches passés, à Madrid ou ailleurs. Mon niveau était là. J'ai couru sur toutes ses amorties, qui étaient très difficiles à rattraper. Je suis même tombée trois ou quatre fois", a-t-elle souri. "J'ai essayé de frapper à certains moments. J'ai tout essayé. Mais elle a très bien joué sur les balles de match, trouvant notamment une ou deux fois la ligne. Et elle a bien servi aussi, ce qui ne m'a pas facilité la tâche. Quand elle jouait à son niveau, je m'en sortais difficilement. Ce n'était juste pas mon jour...", a-t-elle soupiré. La réussite n'est donc pas du côté d'Elise Mertens à l'heure actuelle. Mais la chance sourit aussi aux audacieux, dit l'adage. Et s'il y a une chose que la numéro un belge aurait pu faire de mieux sur contre Anastasija Sevastova, c'est témoigner d'un peu plus d'audace. Les statistiques ne mentent pas, avec 52 coups gagnants pour la Lettonne, contre 32 pour la Limbourgeoise. "Peut-être que si je pouvais rejouer ce dernier set, j'essayerais de mettre un peu plus de pression", a-t-elle ainsi reconnu. "C'est un élément toujours très important dans le tennis féminin. On a vu que la qualité de mes frappes était moindre dans le troisième set, parce que j'avais perdu un peu de forces. Je courais beaucoup et plutôt que de chaque fois défendre, j'aurais dû plus tenter de vraiment frapper à certains moments. Je vais sûrement y penser pour la suite", conclut-elle. (Belga)