Les images de Cavendish en larmes après Gand-Wevelgem, car croyant avoir disputé sa dernière course, n'ont pas laissé Patrick Lefevere indifférent et après de longues négociations, son transfert a été mené à bien. Le Britannique a couru avec Quick Step de 2012 à 2015, puis a connu une autre année de succès avec Dimension Data, mais depuis 2017, il n'a gagné que deux fois en raison de toutes sortes de blessures et du virus Epstein-Barr. "Mes meilleures et mes plus belles années de carrière l'ont été avec cette équipe", se souvient Cavendish. "J'ai essayé d'autres équipes après ça, mais maintenant je peux dire que je n'aurais jamais dû partir. Mais bon, c'est comme ça. Je suis ici maintenant et vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis fier de porter à nouveau ce maillot. Je suis toujours resté en contact avec Patrick. Après Gand-Wevelgem, il y avait encore des équipes intéressées, mais je voulais courir ici. Beaucoup de coureurs ont changé, tout comme certaines personnes du staff, mais l'ADN de l'équipe est toujours le même qu'avant : une vraie famille et cette équipe respire la course". Le "Manx Express" est cependant conscient qu'il ne redeviendra pas soudainement le multiple vainqueur d'autrefois. "Je vivrais dans un monde de conte de fées si je pensais que j'allais gagner six étapes du Tour", dit-il en riant, "mais je sais que je peux encore faire quelque chose pour cette équipe. Si je peux être à nouveau dans cette zone avant un sprint, alors c'est bon. Ensuite, je peux mener un autre sprinter à la victoire et alors peu importe le nombre de courses que je gagne moi-même". Cavendish a un contrat d'un an avec l'équipe. "Je ne sais pas combien de temps je vais courir et si c'est ma dernière saison", a-t-il ajouté. "Le vélo, c'est ma vie. Je ne sais rien d'autre. Peut-être que je le ferai encore pendant dix ans. J'adore ça. Je ne pense pas encore à la retraite et je veux juste me montrer ici à nouveau, apporter un peu à l'équipe et apprécier le sport". Il n'a pas voulu se pencher sur le passé et ses années moins glorieuses. "Cela ne vous aide pas", a-t-il dit. "La seule chose que vous pouvez faire quand vous êtes en difficulté est de regarder en avant et de rester mentalement fort. Je me sens toujours bien et j'espère que nous pourrons bientôt reprendre la course en 2021, bien qu'avec la pandémie nous ne sachions pas exactement comment tout cela va se dérouler". (Belga)

Les images de Cavendish en larmes après Gand-Wevelgem, car croyant avoir disputé sa dernière course, n'ont pas laissé Patrick Lefevere indifférent et après de longues négociations, son transfert a été mené à bien. Le Britannique a couru avec Quick Step de 2012 à 2015, puis a connu une autre année de succès avec Dimension Data, mais depuis 2017, il n'a gagné que deux fois en raison de toutes sortes de blessures et du virus Epstein-Barr. "Mes meilleures et mes plus belles années de carrière l'ont été avec cette équipe", se souvient Cavendish. "J'ai essayé d'autres équipes après ça, mais maintenant je peux dire que je n'aurais jamais dû partir. Mais bon, c'est comme ça. Je suis ici maintenant et vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis fier de porter à nouveau ce maillot. Je suis toujours resté en contact avec Patrick. Après Gand-Wevelgem, il y avait encore des équipes intéressées, mais je voulais courir ici. Beaucoup de coureurs ont changé, tout comme certaines personnes du staff, mais l'ADN de l'équipe est toujours le même qu'avant : une vraie famille et cette équipe respire la course". Le "Manx Express" est cependant conscient qu'il ne redeviendra pas soudainement le multiple vainqueur d'autrefois. "Je vivrais dans un monde de conte de fées si je pensais que j'allais gagner six étapes du Tour", dit-il en riant, "mais je sais que je peux encore faire quelque chose pour cette équipe. Si je peux être à nouveau dans cette zone avant un sprint, alors c'est bon. Ensuite, je peux mener un autre sprinter à la victoire et alors peu importe le nombre de courses que je gagne moi-même". Cavendish a un contrat d'un an avec l'équipe. "Je ne sais pas combien de temps je vais courir et si c'est ma dernière saison", a-t-il ajouté. "Le vélo, c'est ma vie. Je ne sais rien d'autre. Peut-être que je le ferai encore pendant dix ans. J'adore ça. Je ne pense pas encore à la retraite et je veux juste me montrer ici à nouveau, apporter un peu à l'équipe et apprécier le sport". Il n'a pas voulu se pencher sur le passé et ses années moins glorieuses. "Cela ne vous aide pas", a-t-il dit. "La seule chose que vous pouvez faire quand vous êtes en difficulté est de regarder en avant et de rester mentalement fort. Je me sens toujours bien et j'espère que nous pourrons bientôt reprendre la course en 2021, bien qu'avec la pandémie nous ne sachions pas exactement comment tout cela va se dérouler". (Belga)