L'Europa League convient mieux aux clubs belges que la Ligue des Champions. Malaga a étalé à Anderlecht une maîtrise tactique et technique que Bâle et Maritimo Funchal ne possèdent pas. Cela explique en partie la défaite des Mauves en CE1 (0-3) et les bons résultats de Genk (2-2) et du Club Bruges en CE2 (2-0). A Bâle, les Limbourgeois ont mené 2-0 avant de se contenter d'un match nul. Bruges a parfaitement contrôlé Maritimo grâce à un excellent collectif ainsi que la bonne tenue de Bart Buysee, Bojan Jorgacevic, Maxime Lestienne et surtout de Carlos Bacca.

L'international colombien est la révélation de la saison en D1. Sa classe y fait souvent la différence comme ce fut le cas contre les Portugais. Hier, il a participé à la confection des deux buts de son équipe. Pour prendre le 1-0 à son compte, Bacca a émergé en puissance. Plus tard, il a gardé la maîtrise de ses émotions et de l'espace avant de servir Bjorn Vleminckx d'un magnifique revers du pied droit pour le 2-0. Bruges a lavé l'affront subi à Bordeaux et s'est découvert un nouvel artiste : Bacca vient de marquer son 10ème but en 11 matches. A ce rythme-là, il attirera vite le regard des grands clubs étrangers. Cette éclosion fait penser à celle de Jean-Pierre Papin qui décolla à Bruges au coeur des années '80.

Avant de vivre les mêmes joies que JPP, Bacca doit confirmer. Cela tombe bien : dimanche, Bruges reçoit Genk quelques heures après la visite d'Anderlecht au Standard. Ce super Sunday belge aura des accents européens.

Pierre Bilic

L'Europa League convient mieux aux clubs belges que la Ligue des Champions. Malaga a étalé à Anderlecht une maîtrise tactique et technique que Bâle et Maritimo Funchal ne possèdent pas. Cela explique en partie la défaite des Mauves en CE1 (0-3) et les bons résultats de Genk (2-2) et du Club Bruges en CE2 (2-0). A Bâle, les Limbourgeois ont mené 2-0 avant de se contenter d'un match nul. Bruges a parfaitement contrôlé Maritimo grâce à un excellent collectif ainsi que la bonne tenue de Bart Buysee, Bojan Jorgacevic, Maxime Lestienne et surtout de Carlos Bacca. L'international colombien est la révélation de la saison en D1. Sa classe y fait souvent la différence comme ce fut le cas contre les Portugais. Hier, il a participé à la confection des deux buts de son équipe. Pour prendre le 1-0 à son compte, Bacca a émergé en puissance. Plus tard, il a gardé la maîtrise de ses émotions et de l'espace avant de servir Bjorn Vleminckx d'un magnifique revers du pied droit pour le 2-0. Bruges a lavé l'affront subi à Bordeaux et s'est découvert un nouvel artiste : Bacca vient de marquer son 10ème but en 11 matches. A ce rythme-là, il attirera vite le regard des grands clubs étrangers. Cette éclosion fait penser à celle de Jean-Pierre Papin qui décolla à Bruges au coeur des années '80. Avant de vivre les mêmes joies que JPP, Bacca doit confirmer. Cela tombe bien : dimanche, Bruges reçoit Genk quelques heures après la visite d'Anderlecht au Standard. Ce super Sunday belge aura des accents européens. Pierre Bilic