"Il reste quatre grosses étapes (et l'arrivée à Madrid dimanche, ndlr) et la course est encore longue. L'objectif était de gagner le Tour d'Espagne et cela reste l'objectif, plus que jamais", a confié Richard Carapaz, 27 ans, vainqueur du Giro l'an dernier. "C'était un contre-la-montre très difficile, mais je suis très content avec le résultat. La course reste très ouverte. Il y a encore beaucoup d'opportunités, et tout peut changer dans les prochaines étapes. Rien n'est joué." Les trois premiers du classement général se tiennent en moins d'une minute avec aussi le Britannique Hugh Carthy (EF Pro Cycling), 3e à 47 secondes. Deux jours après la plus longue étape (230,5km) jeudi, se profile samedi une grosse étape avec une arrivée au sommet de l'Alto de La Covatilla, classé hors catégorie, sans doute le juge de paix de cette 75e édition du Tour d'Espagne à la veille de l'arrivée. (Belga)

"Il reste quatre grosses étapes (et l'arrivée à Madrid dimanche, ndlr) et la course est encore longue. L'objectif était de gagner le Tour d'Espagne et cela reste l'objectif, plus que jamais", a confié Richard Carapaz, 27 ans, vainqueur du Giro l'an dernier. "C'était un contre-la-montre très difficile, mais je suis très content avec le résultat. La course reste très ouverte. Il y a encore beaucoup d'opportunités, et tout peut changer dans les prochaines étapes. Rien n'est joué." Les trois premiers du classement général se tiennent en moins d'une minute avec aussi le Britannique Hugh Carthy (EF Pro Cycling), 3e à 47 secondes. Deux jours après la plus longue étape (230,5km) jeudi, se profile samedi une grosse étape avec une arrivée au sommet de l'Alto de La Covatilla, classé hors catégorie, sans doute le juge de paix de cette 75e édition du Tour d'Espagne à la veille de l'arrivée. (Belga)