Le Sénégal d'Aliou Cissé a bien entamé la rencontre en tablant sur la vitesse de Baldé Keita et de Sadio Mané. Manifestement, Hugo Broos avait prévu le coup en renforçant sa défense. Bien bloqués dans l'entrejeu par Cheikhou Kouyaté (ex-Anderlecht) et Gana Gueye, les Camerounais avaient du mal à sortir de leur zone. Kouyaté a hérité de la première grosse opportunité de la rencontre (20e), mais le milieu n'a pu éviter la sortie de Fabrice Ondoa (20e). Le Sénégal a dominé grâce à la technique et à la vivacité de son milieu de terrain mais n'est pas parvenu à cadrer ses tirs. Kara et ses équipiers ont repris leur marche en avant en début de seconde période. Sur un contre, Mané a servi Diouf dont la tête a été repoussée par Ondoa (55e). Pour casser le mur défensif camerounais, Keita a frappé à distance: un envoi puissant et bien cadré qu'Ondoa a une nouvelle fois annihilé (66e). La réaction des Camerounais a été immédiate mais d'un arrêt réflexe, Aboulaye Diallo a empêché Benjamin Moukandjo d'ouvrir la marque (67e). Jusqu'à la fin de la première prolongation, le Sénégal s'est montré plus entreprenant. Son gardien a toutefois dû inventer un arrêt miracle sur un essai de Jacques Zoua (105e). Au terme d'une seconde prolongation moins vive, les deux équipes se sont disputé la victoire aux tirs au but. L'ex-Genkois Kalidou Koulibaly a ouvert positivement la série pour le Sénégal. Kara, Moussa Sow et Henri Saivet l'ont imité mais pas la star de l'équipe Mané (Liverpool), étincelant depuis le début. Par contre, les Lions indomptables ont réussi le sans-faute grâce à Moukandjo, Ambroise Oyongo, Adolphe Teikeu, Zoua et Vincent Aboubakar. Comme en finale en 2002 à Bamako, le Cameroun remporte donc la séance fatidique face à des Lions de la Terenga qui peuvent éprouver de grands regrets. (Belga)

Le Sénégal d'Aliou Cissé a bien entamé la rencontre en tablant sur la vitesse de Baldé Keita et de Sadio Mané. Manifestement, Hugo Broos avait prévu le coup en renforçant sa défense. Bien bloqués dans l'entrejeu par Cheikhou Kouyaté (ex-Anderlecht) et Gana Gueye, les Camerounais avaient du mal à sortir de leur zone. Kouyaté a hérité de la première grosse opportunité de la rencontre (20e), mais le milieu n'a pu éviter la sortie de Fabrice Ondoa (20e). Le Sénégal a dominé grâce à la technique et à la vivacité de son milieu de terrain mais n'est pas parvenu à cadrer ses tirs. Kara et ses équipiers ont repris leur marche en avant en début de seconde période. Sur un contre, Mané a servi Diouf dont la tête a été repoussée par Ondoa (55e). Pour casser le mur défensif camerounais, Keita a frappé à distance: un envoi puissant et bien cadré qu'Ondoa a une nouvelle fois annihilé (66e). La réaction des Camerounais a été immédiate mais d'un arrêt réflexe, Aboulaye Diallo a empêché Benjamin Moukandjo d'ouvrir la marque (67e). Jusqu'à la fin de la première prolongation, le Sénégal s'est montré plus entreprenant. Son gardien a toutefois dû inventer un arrêt miracle sur un essai de Jacques Zoua (105e). Au terme d'une seconde prolongation moins vive, les deux équipes se sont disputé la victoire aux tirs au but. L'ex-Genkois Kalidou Koulibaly a ouvert positivement la série pour le Sénégal. Kara, Moussa Sow et Henri Saivet l'ont imité mais pas la star de l'équipe Mané (Liverpool), étincelant depuis le début. Par contre, les Lions indomptables ont réussi le sans-faute grâce à Moukandjo, Ambroise Oyongo, Adolphe Teikeu, Zoua et Vincent Aboubakar. Comme en finale en 2002 à Bamako, le Cameroun remporte donc la séance fatidique face à des Lions de la Terenga qui peuvent éprouver de grands regrets. (Belga)