La Tournaisienne a bien digéré bien les premiers jours de décalage horaire. "On a remarqué qu'en étant dans un climat aussi chaud, cela fait une forte différence dans le sens positif à l'entraînement", a-t-elle confié à Mito où le Team Belgium a installé son camp de base en prélude aux compétitions olympiques. Aborder les JO à Tokyo, dans le contexte actuel avec des mesures drastiques imposées aux étrangers sur le territoire japonais, n'est sans doute pas la manière de découvrir la plus grande fête du sport de manière idéale. "Cela reste les Jeux Olympiques et pour moi, le plus important reste la compétition et ce qui se passe sur la piste. Je vois le positif, plutôt que le négatif", répond Camille Laus qui ne courra que les relais au Japon. "Bien sûr, la qualification individuelle aurait été chouette, mais pour l'instant c'est vraiment en relais que je peux m'exprimer le mieux et c'est chouette de pouvoir être là pour le mixte et avec les Cheetahs. Avant le début de la saison, je m'étais dit, si la qualif individuelle tombe et bien tant mieux, sinon j'ai envie de profiter des Jeux Olympiques et de tout donner pour les relais." Des relais qui étaient qualifiés depuis leur place de finalistes aux derniers Mondiaux à Doha en octobre 2019. Comme les autres membres du groupe d'entraînement de Jacques Borlée, la capitaine des Cheetahs a connu un début de saison estivale plutôt décevant(avec un meilleur chrono personnel en 52.94, le 4e seulement en Belgique), mais la courbe s'inverse pour elle aussi. "Là je sens vraiment que la forme revient et encore ce matin (dimanche) à l'entraînement, j'avais de très bonnes sensations. Je suis confiante. Je pense pouvoir faire de bons relais." (Belga)

La Tournaisienne a bien digéré bien les premiers jours de décalage horaire. "On a remarqué qu'en étant dans un climat aussi chaud, cela fait une forte différence dans le sens positif à l'entraînement", a-t-elle confié à Mito où le Team Belgium a installé son camp de base en prélude aux compétitions olympiques. Aborder les JO à Tokyo, dans le contexte actuel avec des mesures drastiques imposées aux étrangers sur le territoire japonais, n'est sans doute pas la manière de découvrir la plus grande fête du sport de manière idéale. "Cela reste les Jeux Olympiques et pour moi, le plus important reste la compétition et ce qui se passe sur la piste. Je vois le positif, plutôt que le négatif", répond Camille Laus qui ne courra que les relais au Japon. "Bien sûr, la qualification individuelle aurait été chouette, mais pour l'instant c'est vraiment en relais que je peux m'exprimer le mieux et c'est chouette de pouvoir être là pour le mixte et avec les Cheetahs. Avant le début de la saison, je m'étais dit, si la qualif individuelle tombe et bien tant mieux, sinon j'ai envie de profiter des Jeux Olympiques et de tout donner pour les relais." Des relais qui étaient qualifiés depuis leur place de finalistes aux derniers Mondiaux à Doha en octobre 2019. Comme les autres membres du groupe d'entraînement de Jacques Borlée, la capitaine des Cheetahs a connu un début de saison estivale plutôt décevant(avec un meilleur chrono personnel en 52.94, le 4e seulement en Belgique), mais la courbe s'inverse pour elle aussi. "Là je sens vraiment que la forme revient et encore ce matin (dimanche) à l'entraînement, j'avais de très bonnes sensations. Je suis confiante. Je pense pouvoir faire de bons relais." (Belga)