Il y a un chiffre remarquable qui a attiré mon attention ce week-end : les six équipes qui constituaient le top 6 la saison dernière, et qui semblent favorites pour remettre le couvert cette saison, n'ont pris que quatre points sur les 18 possibles.

La seule victoire est à mettre au crédit de Bruges, qui est déjà la dernière équipe à avoir le maximum de points après trois journées. Pourtant, le Club avait joué un match éprouvant en semaine, face au Dynamo Kiev, pour tenter d'aller chercher une place en Ligue des Champions. Gagner au bout d'une semaine européenne n'est jamais facile, et certainement pas à Ostende, qui affichait également le maximum de points après deux matches. C'est vrai qu'il a fallu les montées au jeu de David Okereke et de Percy Tau pour faire la différence et aller chercher les trois points, mais Bruges a assuré l'essentiel dans une période parfois piégeuse pour les clubs engagés en Coupe d'Europe.

La concurrence, elle, voit déjà l'écart se creuser. C'est compréhensible pour Gand et l'Antwerp, qui jouaient une partie difficile en déplacement trois jours après leur tour qualificatif en Europa League et quatre jours avant un match retour décisif. Les Anversois ne sont, en plus, pas habitués à enchaîner les rencontres à ce rythme et je pense que si on leur pose la question, aussi bien Laszlo Bölöni que les supporters du Great Old pourront vivre avec cette défaite à Charleroi s'ils arrachent la qualification face aux Tchèques de Plzen ce jeudi.

"Seul vainqueur du week-end parmi le top 6 attendu, Bruges voit déjà ses concurrents lâcher des points."

Genk battu à domicile par Zulte Waregem, c'est déjà beaucoup plus surprenant. Felice Mazzù commence déjà à être confronté à quelques petits problèmes. Son équipe doit encore trouver ses marques sur le terrain, vu les nombreux nouveaux joueurs à intégrer dans le système de jeu. En plus, ce n'est un secret pour personne que le football de Mazzù est quand même différent de celui de Philippe Clement. Au vu des départs, on s'imaginait bien que la saison des champions en titre serait plus difficile que la précédente, mais pas au point d'être battus logiquement à domicile par un Zulte Waregem qui n'avait pas encore le moindre point. Si ce genre de couac à la maison se reproduit, Genk pourrait rapidement avoir des problèmes plus sérieux.

Le Standard, lui, méritait mieux au Stayen. Surtout au vu de sa dernière demi-heure, où les Liégeois ont eu de la malchance en frappant souvent les montants. Sur base de cette fin de match, les hommes de Michel Preud'homme auraient au moins dû quitter le Limbourg avec un point. Mais avant cela, il y avait surtout eu une première période beaucoup trop pauvre, avec un manque flagrant de réalisme défensif, principalement dans le chef de Milos Kosanovic qui a coûté des points à son équipe. Cela ressemble à un accident de parcours, mais c'est une défaite qui reste remarquable face à une équipe qui, comme Zulte Waregem, n'avait pas encore de point.

Il reste à parler d'Anderlecht, qui ne sait décidément pas gagner. Même à la maison, contre une équipe réduite à dix pendant une mi-temps. Le jeu des Mauves est vraiment prometteur, avec une manière vraiment plaisante : de la domination, un adversaire pris à la gorge et beaucoup de jeunes sur le terrain. Mais maintenant, il faut du rendement le plus vite possible. Le manque d'efficacité offensive est vraiment problématique. L'arrivée de Nacer Chadli promet beaucoup de belles choses, s'il parvient à être apte à jouer rapidement. Le Sporting en aura bien besoin, parce que le calendrier qui l'attend lors des cinq prochaines journées est dantesque, et il n'a pris que deux points contre Ostende, Mouscron et Malines. Sans un réveil offensif imminent, les Mauves risquent de se retrouver très en retrait au classement. Une victoire significative serait un boost pour la confiance.

En attendant, malgré un top 6 qui semblait déjà dessiné avant la saison, ce sont les petits clubs qui ont récolté les points ce week-end. C'est aussi une preuve que le championnat belge est loin d'être une formalité, et un beau compliment pour ces équipes qui travaillent avec des moyens beaucoup plus modestes que les clubs du G5 et l'Antwerp.