Versée dans la 3e course, son 19e chrono de la matinée l'avait placée au couloir deux, le plus proche de la corde. Certes, elle avait toutes ses concurrentes devant elle, mais le virage très serré ne favorisait pas la performance. Son espoir de passer sous les 23 secondes s'en trouvait restreint. Et la fatigue de sa 4e course, elle a couru les deux en relais mixte (séries et finale), n'était pas non plus un avantage. Elle a pris la 7e place de sa course en 23.31 et a terminé 22e des 25 demi-finalistes. La dernière qualifiée au temps la Suissesse Mujinga Kambundji a couru en 22.26. "C'est sympa de courir une demi-finale olympique. Je ne peux pas me plaindre de mon temps. Mon virage était moins bon que ce matin, peut-être est-ce la fatigue je ne sais pas. Cela reste un bon chrono, je suis très contente. Je me sentais quand même bien avec l'adrénaline. J'ai maintenant deux jours de repos avant de retrouver les Cheetahs (le relais 4X400 m féminin). J'ai hâte d'y être." (Belga)

Versée dans la 3e course, son 19e chrono de la matinée l'avait placée au couloir deux, le plus proche de la corde. Certes, elle avait toutes ses concurrentes devant elle, mais le virage très serré ne favorisait pas la performance. Son espoir de passer sous les 23 secondes s'en trouvait restreint. Et la fatigue de sa 4e course, elle a couru les deux en relais mixte (séries et finale), n'était pas non plus un avantage. Elle a pris la 7e place de sa course en 23.31 et a terminé 22e des 25 demi-finalistes. La dernière qualifiée au temps la Suissesse Mujinga Kambundji a couru en 22.26. "C'est sympa de courir une demi-finale olympique. Je ne peux pas me plaindre de mon temps. Mon virage était moins bon que ce matin, peut-être est-ce la fatigue je ne sais pas. Cela reste un bon chrono, je suis très contente. Je me sentais quand même bien avec l'adrénaline. J'ai maintenant deux jours de repos avant de retrouver les Cheetahs (le relais 4X400 m féminin). J'ai hâte d'y être." (Belga)