6

C'est le nombre de clubs belges dont Igor de Camargo a porté le maillot depuis qu'il a atterri pour la première fois à l'aéroport de Zaventem en 2000. Agé de dix-sept ans, il est venu chez nous sans un contrat en poche. Accompagné par deux agents, il s'est alors mis en quête d'une équipe où il pourrait commencer sa carrière professionnelle. Celle-ci sera finalement l'équipe espoir de Genk dont il portera ensuite le maillot de l'équipe première. Il défendra ensuite les couleurs de Heusden-Zolder, du FC Brussels, du Standard et du FC Malines avant de porter un dernier maillot en Belgique, celui du RWDM (le successeur du FC Brussels). Son aventure belge est désormais terminée.

445

C'est le nombre de matches sur les terrains du Royaume que De Camargo a disputé au cours de sa longue carrière. Le club pour lequel il en joué le plus est le Standard avec 242 duels. Le natif de Porto Feliz y a connu ses heures de gloire avec deux passages réussis et des trophées. Après le Standard, il a aussi porté le maillot malinois à 109 reprises. Sur ce total de rencontres disputées sur notre territoire, 331 l'ont été dans le cadre de la première division. Dans la hiérarchie des joueurs ayant disputé le plus de matches en Pro League, le Belgo-Brésilien arrive au 14e rang.

14

L'adversaire qui a le plus souvent réussi à De Camargo dans sa carrière est son premier amour belge, le KRC Genk. Contre aucun autre adversaire en Belgique, il n'a remporté autant de succès. L'adversaire qui a donné le plus de fil à retordre aux équipes dont il a porté le maillot est La Gantoise. En 30 duels contre les Buffalos, il a connu 14 fois la défaite.

93

C'est le nombre de buts marqués par l'attaquant de 38 ans en Jupiler Pro League. La plupart d'entre eux (48) ont été marqués lors de sa période rouche. Dans le classement des meilleurs buteurs de l'histoire de la première division belge, le grand Igor occupe la seizième place, à distance du leader Gert Verheyen qui a marqué 156 réalisations dans la plus haute des divisions du football de notre Royaume. Igor De Camargo a le plus souvent marqué contre Charleroi (9 fois), puis le Club de Bruges (8 fois).

C'est au Standard qu'Igor De Camargo a joué son plus grand nombre de matches dans la compétition belge. Il y a aussi connu les trophées et le brassard de capitaine., iStock
C'est au Standard qu'Igor De Camargo a joué son plus grand nombre de matches dans la compétition belge. Il y a aussi connu les trophées et le brassard de capitaine. © iStock

9

De Camargo n'avait jamais entendu parler de la Belgique avant d'y poser ses valises à seulement 17 ans. Mais notre pays a rapidement conquis son coeur et il a ensuite été naturalisé belge, ce qui lui a permis d'être appelé par les Diables rouges. C'est le 11 février 2009, à l'âge de 25 ans, lors d'un match amical contre la Slovénie qu'il a porté pour la première fois la vareuse nationale. Au total, il l'aura porté à neuf reprises, mais n'a jamais réussi à marquer. Après un match amical contre le Monténégro le 25 mai 2012, il n'a ensuite plus jamais été appelé en sélection.

11

C'est le nombre de matches disputés par le grand Igor en Ligue des champions. Il y en a eu cinq avec l'APOEL Nicosie et le Standard et un avec Genk. A ce chiffre, il faut aussi ajouter ceux des tours préliminaires. C'est surtout sa campagne sous les couleurs chypriotes qui l'a le plus marqué comme il le racontait dans le podcast MIDMID. L'APOEL Nicosie avait affronté le Real Madrid, le Borussia Dortmund et Tottenham en phase de groupe. Il avait pris deux points contre les Londoniens. Mais lors de ces duels, De Camargo n'a jamais fait trembler les filets. Sa coupe d'Europe préférée était la Ligue Europa. En 29 rencontres avec le Standard, le Borussia Mönchengladbach et l'APOEL, le Belgo-Brésilien a trouvé la faille à dix reprises.

93

On ne vous reparle pas de son nombre de buts en Pro League, mais d'une minute de jeu liée à son but le plus emblématique sous les couleurs du Borussia Mönchengladbach. C'était en mai 2011 lors du match contre le VfL Bochum pour éviter la relégation. "Ce n'était pas le plus beau but de ma carrière, mais c'était le plus important", a-t-il déclaré plus tard. Les supporters des Fohlen n'ont pas oublié le but qui a permis au club de rester en Bundesliga. En 2020, il a été élu "but de la décennie."

10

Son numéro de maillot préféré. Durant toute sa carrière professionnelle, De Camargo a porté six numéros différents à l'arrière de sa tunique. Les 9, 10, 11, 15, 21 et 47. Lors de 16 saisons, il a arboré le mythique numéro 10. Pour terminer sa carrière en Belgique et en Europe, il portait le numéro 47 au RWDM, comme le matricule que portait le club lors de sa disparition en 2002.

5

De Camargo a remporté ce nombre de trophées en Belgique. Il s'est paré des lauriers nationaux à trois reprises : avec le Standard (2008 et 2009) et Genk (2002). A Malines, il a remporté le championnat de D1B et la Coupe de Belgique en 2019. À l'étranger, il a remporté deux autres trophées avec l'APOEL Nicosie, à Chypre.

1

C'est le nombre de cartons rouges directs qu'Igor De Camargo a reçu dans sa carrière. Vous avez bien lu, un seul. Mais il faut aussi en ajouter deux autres après s'être vu brandir deux bristols jaunes. Pourtant l'homme était un artiste quand il fallait gagner de précieuses secondes en fin de match et n'avait pas peur de commettre la faute professionnelle quand elle était nécessaire. Mais jamais les arbitres n'ont vraiment eu à se plaindre de lui. Il n'a aussi récolté que 69 cartes jaunes, ce qui n'est pas énorme pour une aussi longue carrière et autant de rencontres jouées.

C'est le nombre de clubs belges dont Igor de Camargo a porté le maillot depuis qu'il a atterri pour la première fois à l'aéroport de Zaventem en 2000. Agé de dix-sept ans, il est venu chez nous sans un contrat en poche. Accompagné par deux agents, il s'est alors mis en quête d'une équipe où il pourrait commencer sa carrière professionnelle. Celle-ci sera finalement l'équipe espoir de Genk dont il portera ensuite le maillot de l'équipe première. Il défendra ensuite les couleurs de Heusden-Zolder, du FC Brussels, du Standard et du FC Malines avant de porter un dernier maillot en Belgique, celui du RWDM (le successeur du FC Brussels). Son aventure belge est désormais terminée.C'est le nombre de matches sur les terrains du Royaume que De Camargo a disputé au cours de sa longue carrière. Le club pour lequel il en joué le plus est le Standard avec 242 duels. Le natif de Porto Feliz y a connu ses heures de gloire avec deux passages réussis et des trophées. Après le Standard, il a aussi porté le maillot malinois à 109 reprises. Sur ce total de rencontres disputées sur notre territoire, 331 l'ont été dans le cadre de la première division. Dans la hiérarchie des joueurs ayant disputé le plus de matches en Pro League, le Belgo-Brésilien arrive au 14e rang.14L'adversaire qui a le plus souvent réussi à De Camargo dans sa carrière est son premier amour belge, le KRC Genk. Contre aucun autre adversaire en Belgique, il n'a remporté autant de succès. L'adversaire qui a donné le plus de fil à retordre aux équipes dont il a porté le maillot est La Gantoise. En 30 duels contre les Buffalos, il a connu 14 fois la défaite. C'est le nombre de buts marqués par l'attaquant de 38 ans en Jupiler Pro League. La plupart d'entre eux (48) ont été marqués lors de sa période rouche. Dans le classement des meilleurs buteurs de l'histoire de la première division belge, le grand Igor occupe la seizième place, à distance du leader Gert Verheyen qui a marqué 156 réalisations dans la plus haute des divisions du football de notre Royaume. Igor De Camargo a le plus souvent marqué contre Charleroi (9 fois), puis le Club de Bruges (8 fois).De Camargo n'avait jamais entendu parler de la Belgique avant d'y poser ses valises à seulement 17 ans. Mais notre pays a rapidement conquis son coeur et il a ensuite été naturalisé belge, ce qui lui a permis d'être appelé par les Diables rouges. C'est le 11 février 2009, à l'âge de 25 ans, lors d'un match amical contre la Slovénie qu'il a porté pour la première fois la vareuse nationale. Au total, il l'aura porté à neuf reprises, mais n'a jamais réussi à marquer. Après un match amical contre le Monténégro le 25 mai 2012, il n'a ensuite plus jamais été appelé en sélection.C'est le nombre de matches disputés par le grand Igor en Ligue des champions. Il y en a eu cinq avec l'APOEL Nicosie et le Standard et un avec Genk. A ce chiffre, il faut aussi ajouter ceux des tours préliminaires. C'est surtout sa campagne sous les couleurs chypriotes qui l'a le plus marqué comme il le racontait dans le podcast MIDMID. L'APOEL Nicosie avait affronté le Real Madrid, le Borussia Dortmund et Tottenham en phase de groupe. Il avait pris deux points contre les Londoniens. Mais lors de ces duels, De Camargo n'a jamais fait trembler les filets. Sa coupe d'Europe préférée était la Ligue Europa. En 29 rencontres avec le Standard, le Borussia Mönchengladbach et l'APOEL, le Belgo-Brésilien a trouvé la faille à dix reprises.On ne vous reparle pas de son nombre de buts en Pro League, mais d'une minute de jeu liée à son but le plus emblématique sous les couleurs du Borussia Mönchengladbach. C'était en mai 2011 lors du match contre le VfL Bochum pour éviter la relégation. "Ce n'était pas le plus beau but de ma carrière, mais c'était le plus important", a-t-il déclaré plus tard. Les supporters des Fohlen n'ont pas oublié le but qui a permis au club de rester en Bundesliga. En 2020, il a été élu "but de la décennie." Son numéro de maillot préféré. Durant toute sa carrière professionnelle, De Camargo a porté six numéros différents à l'arrière de sa tunique. Les 9, 10, 11, 15, 21 et 47. Lors de 16 saisons, il a arboré le mythique numéro 10. Pour terminer sa carrière en Belgique et en Europe, il portait le numéro 47 au RWDM, comme le matricule que portait le club lors de sa disparition en 2002.De Camargo a remporté ce nombre de trophées en Belgique. Il s'est paré des lauriers nationaux à trois reprises : avec le Standard (2008 et 2009) et Genk (2002). A Malines, il a remporté le championnat de D1B et la Coupe de Belgique en 2019. À l'étranger, il a remporté deux autres trophées avec l'APOEL Nicosie, à Chypre.C'est le nombre de cartons rouges directs qu'Igor De Camargo a reçu dans sa carrière. Vous avez bien lu, un seul. Mais il faut aussi en ajouter deux autres après s'être vu brandir deux bristols jaunes. Pourtant l'homme était un artiste quand il fallait gagner de précieuses secondes en fin de match et n'avait pas peur de commettre la faute professionnelle quand elle était nécessaire. Mais jamais les arbitres n'ont vraiment eu à se plaindre de lui. Il n'a aussi récolté que 69 cartes jaunes, ce qui n'est pas énorme pour une aussi longue carrière et autant de rencontres jouées.