Sans Ribéry, touché à la cuisse contre Lille en Ligue des Champions mardi, et l'Espagnol Javi Martinez, gêné par ses adducteurs, le Bayern a déployé beaucoup d'efforts face à une équipe de Leverkusen qui cherchait le nul. Mandzukic avait égalisé à vingt minutes de la fin, après une ouverture du score de Kiessling, juste avant la mi-temps, mais les Bavarois ont fini par plier sur un but contre son camp de Boateng, absent au marquage sur une tête de Sam (1-2, 86e).

Le Bayern a tout tenté, avec 24 tirs au but contre 5 à Leverkusen et 62% de possession de balle. Arjen Robben, de retour de plusieurs semaines de blessure, a même joué la dernière demi-heure.

Comme un symbole, la dernière action voyait Neuer, à 35 mètres des buts adverses dribbler deux adversaires et décaler un coéquipier dont le centre, repris de la tête par Pizarro, heurtait le haut de la barre transversale (90+3).

L'entraîneur Jupp Heynckes a relativisé la défaite, soulignant que son équipe comptait encore "une avance confortable" en tête du classement, avec 4 points de plus que Schalke, son nouveau dauphin. "Cette défaite ne va pas nous bouleverser", a-t-il poursuivi, mais son équipe "doit apprendre à être capable de mettre le même rythme qu'en deuxième période pendant 90 minutes", a-t-il ajouté.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Sans Ribéry, touché à la cuisse contre Lille en Ligue des Champions mardi, et l'Espagnol Javi Martinez, gêné par ses adducteurs, le Bayern a déployé beaucoup d'efforts face à une équipe de Leverkusen qui cherchait le nul. Mandzukic avait égalisé à vingt minutes de la fin, après une ouverture du score de Kiessling, juste avant la mi-temps, mais les Bavarois ont fini par plier sur un but contre son camp de Boateng, absent au marquage sur une tête de Sam (1-2, 86e). Le Bayern a tout tenté, avec 24 tirs au but contre 5 à Leverkusen et 62% de possession de balle. Arjen Robben, de retour de plusieurs semaines de blessure, a même joué la dernière demi-heure. Comme un symbole, la dernière action voyait Neuer, à 35 mètres des buts adverses dribbler deux adversaires et décaler un coéquipier dont le centre, repris de la tête par Pizarro, heurtait le haut de la barre transversale (90+3). L'entraîneur Jupp Heynckes a relativisé la défaite, soulignant que son équipe comptait encore "une avance confortable" en tête du classement, avec 4 points de plus que Schalke, son nouveau dauphin. "Cette défaite ne va pas nous bouleverser", a-t-il poursuivi, mais son équipe "doit apprendre à être capable de mettre le même rythme qu'en deuxième période pendant 90 minutes", a-t-il ajouté. Sportfootmagazine.be, avec Belga