Un tel concept demande une énorme organisation, reconnaît le président Dirk Zingler. "Mais nous sommes heureux de relever ce défi économique et nous voulons assumer nous-mêmes l'intégralité du coût du projet", a-t-il ajouté. "Sans les supporters qui crient, ce stade ne ressemble pas à l'Union Berlin. De plus, les rencontres génèrent de nombreux emplois dans et autour du stade. Nous voulons rendre le football aux gens. Dès que notre plan sera prêt, nous le présenterons aux autorités locales." Malgré tout, les chances de réussite du projet semblent réduites. Les autorités de Berlin ont interdit les événements de plus de 1.000 personnes jusqu'au 24 octobre au moins. (Belga)

Un tel concept demande une énorme organisation, reconnaît le président Dirk Zingler. "Mais nous sommes heureux de relever ce défi économique et nous voulons assumer nous-mêmes l'intégralité du coût du projet", a-t-il ajouté. "Sans les supporters qui crient, ce stade ne ressemble pas à l'Union Berlin. De plus, les rencontres génèrent de nombreux emplois dans et autour du stade. Nous voulons rendre le football aux gens. Dès que notre plan sera prêt, nous le présenterons aux autorités locales." Malgré tout, les chances de réussite du projet semblent réduites. Les autorités de Berlin ont interdit les événements de plus de 1.000 personnes jusqu'au 24 octobre au moins. (Belga)