"Ils ont travaillé de manière exceptionnelle toute l'année, sans exception", a expliqué Clement. Pour la première fois depuis 1978, le Club Bruges réussit à conserver son titre. "C'est difficile d'être champion deux années de suite. D'autant plus avec la formule en Belgique, avec la division des points c'est encore plus difficile", a rappelé Clement. Dominateurs de la phase classique, les Brugeois ont entamé les playoffs avec un partage contre Anderlecht et une défaite à Genk, qui ont permis à Genk de rester dans le coup. "Le premier match, il y avait trop d'envie de gagner. Puis on a perdu le deuxième match. Mais après, la réaction a été vraiment bien. Le titre est mérité. Même aujourd'hui on méritait de gagner." Clement souligne qu'il possède "une génération fantastique" de joueurs et que le titre était rendu encore plus difficile par les conditions liées au Covid, qui a touché les Blauw-Zwart en février, et l'absence de public.

Jeudi, un point suffisait aux Brugeois pour valider leur sacre. Clement a surpris en alignant Charles De Ketelaere en pointe, laissant Bas Dost sur le banc. "L'idée, c'était de faire mal à Anderlecht avec les infiltrations de Charles, de Vanaken, de Vormer et de Lang, de créer le surnombre dans le rectangle", a confié Clement. "Nous ne l'avions pas encore fait cette saison et l'avons travaillé deux fois à l'entraînement. La manière était bonne, les gars ont accompli le plan quasiment à la perfection pour contrer les qualités d'Anderlecht."

La partie s'était mise sur de bons rails pour Bruges avec un but rapide de Vanaken. Mais juste avant la pause, Anderlecht est revenu à égalité grâce à un penalty. "Il fallait rester calme et ne pas douter", résume l'entraîneur brugeois. "On a ensuite rapidement marqué le deuxième et le troisième. Anderlecht a fini par égaliser, mais c'était quand même bon pour nous."

Après trois titres de rang en Belgique, dont deux avec le Club, Clement ne compte pas encore quitter la Belgique. "Je ne suis pas occupé avec d'autres offres. Tout le monde sait la relation spéciale que j'ai avec ce club. Je travaille ici depuis longtemps, c'est devenu ma deuxième maison. Il faudrait quelque chose de très spécial pour le faire quitter Bruges", a conclu Clement.

"Ils ont travaillé de manière exceptionnelle toute l'année, sans exception", a expliqué Clement. Pour la première fois depuis 1978, le Club Bruges réussit à conserver son titre. "C'est difficile d'être champion deux années de suite. D'autant plus avec la formule en Belgique, avec la division des points c'est encore plus difficile", a rappelé Clement. Dominateurs de la phase classique, les Brugeois ont entamé les playoffs avec un partage contre Anderlecht et une défaite à Genk, qui ont permis à Genk de rester dans le coup. "Le premier match, il y avait trop d'envie de gagner. Puis on a perdu le deuxième match. Mais après, la réaction a été vraiment bien. Le titre est mérité. Même aujourd'hui on méritait de gagner." Clement souligne qu'il possède "une génération fantastique" de joueurs et que le titre était rendu encore plus difficile par les conditions liées au Covid, qui a touché les Blauw-Zwart en février, et l'absence de public. Jeudi, un point suffisait aux Brugeois pour valider leur sacre. Clement a surpris en alignant Charles De Ketelaere en pointe, laissant Bas Dost sur le banc. "L'idée, c'était de faire mal à Anderlecht avec les infiltrations de Charles, de Vanaken, de Vormer et de Lang, de créer le surnombre dans le rectangle", a confié Clement. "Nous ne l'avions pas encore fait cette saison et l'avons travaillé deux fois à l'entraînement. La manière était bonne, les gars ont accompli le plan quasiment à la perfection pour contrer les qualités d'Anderlecht." La partie s'était mise sur de bons rails pour Bruges avec un but rapide de Vanaken. Mais juste avant la pause, Anderlecht est revenu à égalité grâce à un penalty. "Il fallait rester calme et ne pas douter", résume l'entraîneur brugeois. "On a ensuite rapidement marqué le deuxième et le troisième. Anderlecht a fini par égaliser, mais c'était quand même bon pour nous." Après trois titres de rang en Belgique, dont deux avec le Club, Clement ne compte pas encore quitter la Belgique. "Je ne suis pas occupé avec d'autres offres. Tout le monde sait la relation spéciale que j'ai avec ce club. Je travaille ici depuis longtemps, c'est devenu ma deuxième maison. Il faudrait quelque chose de très spécial pour le faire quitter Bruges", a conclu Clement.