"Nous avons une opinion très claire (...) et nous la donnerons seulement après les deux matches" de qualification pour le Mondial-2022 qui auront lieu avant la Copa América (13 juin - 10 juillet), a-t-il annoncé à la veille de la rencontre entre le Brésil et l'Equateur, à Porto Alegre. La conférence de presse d'avant-match a commencé avec plus de deux heures de retard, et sans le capitaine Casemiro, milieu du Real Madrid, qui était censé y participer. "Les joueurs ont une opinion et ils l'exprimeront en temps voulu. C'est d'ailleurs la raison de l'absence de notre capitaine", a ajouté Tite. Le sélectionneur a précisé qu'il avait fait part de son opinion au président de la Confédération brésilienne de football (CBF), Rogério Caboclo, et que ce dernier avait également participé à une réunion avec l'équipe, à la demande des joueurs. "C'était une conversation très franche", a révélé Tite. Selon Radio Gaucha, une radio de basée à Porto Alegre, les joueurs de la Seleçao évoluant en Europe auraient demandé à ne pas disputer le tournoi. Lundi, la Confédération sud-américaine (Conmebol) a annoncé à la surprise générale que le Brésil allait organiser la Copa América pour pallier les désistements de l'Argentine et de la Colombie. La Conmebol avait remercié tout spécialement le président d'extrême droite du Brésil, Jair Bolsonaro, très critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire, d'avoir accepté d'"ouvrir les portes de son pays" pour le tournoi. Le Covid-19 a fait près de 470.000 morts au Brésil et l'augmentation récente des contaminations indique une troisième vague à venir lors des prochaines semaines, alimentée par la propagation de nouveaux variants. Le sénateur Renan Calheiros, farouche opposant du président Bolsonaro, avait demandé mardi à Neymar de boycotter la Copa América, le "championnat de la mort". (Belga)

"Nous avons une opinion très claire (...) et nous la donnerons seulement après les deux matches" de qualification pour le Mondial-2022 qui auront lieu avant la Copa América (13 juin - 10 juillet), a-t-il annoncé à la veille de la rencontre entre le Brésil et l'Equateur, à Porto Alegre. La conférence de presse d'avant-match a commencé avec plus de deux heures de retard, et sans le capitaine Casemiro, milieu du Real Madrid, qui était censé y participer. "Les joueurs ont une opinion et ils l'exprimeront en temps voulu. C'est d'ailleurs la raison de l'absence de notre capitaine", a ajouté Tite. Le sélectionneur a précisé qu'il avait fait part de son opinion au président de la Confédération brésilienne de football (CBF), Rogério Caboclo, et que ce dernier avait également participé à une réunion avec l'équipe, à la demande des joueurs. "C'était une conversation très franche", a révélé Tite. Selon Radio Gaucha, une radio de basée à Porto Alegre, les joueurs de la Seleçao évoluant en Europe auraient demandé à ne pas disputer le tournoi. Lundi, la Confédération sud-américaine (Conmebol) a annoncé à la surprise générale que le Brésil allait organiser la Copa América pour pallier les désistements de l'Argentine et de la Colombie. La Conmebol avait remercié tout spécialement le président d'extrême droite du Brésil, Jair Bolsonaro, très critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire, d'avoir accepté d'"ouvrir les portes de son pays" pour le tournoi. Le Covid-19 a fait près de 470.000 morts au Brésil et l'augmentation récente des contaminations indique une troisième vague à venir lors des prochaines semaines, alimentée par la propagation de nouveaux variants. Le sénateur Renan Calheiros, farouche opposant du président Bolsonaro, avait demandé mardi à Neymar de boycotter la Copa América, le "championnat de la mort". (Belga)