Ebe Verhaegen, le procureur fédéral, avait exigé une suspension de quatre matches (dont trois effectifs) et 3.500 euros d'amende (dont 3.000 effectifs) à l'encontre de Bongonda qui a donné sa version des faits, accompagné de l'avocat du club Jochem Martens. ""Ce coup de coude a été donné avec beaucoup d'intensité et l'intégrité physique de Frederic Frans a été mise en danger.

Le fait que Théo Bongonda était légèrement retenu et que son adversaire a été légèrement touché ne sont pas des circonstances atténuantes", avait précisé le procureur fédéral Ebe Verhaegen dans la motivation de son jugement. "Bongonda voulait uniquement se défaire du marquage de Frans en tournant son corps et n'avait aucune Dans son plaidoyer, Bongonda a insisté sur le fait qu'il ne s'agissait que la deuxième carte rouge de sa carrière. "À cause de mon style de jeu, je reçois beaucoup de coups mais je ne réagis jamais", a-t-il déclaré. "Je ne suis pas un joueur violent. Je voulais juste me libérer du marquage de Frans.

Après la carte rouge, je me suis excusé auprès de l'arbitre et j'ai appelé Frans. Il m'a confirmé que je ne l'avais pas touché." Maître Martens a demandé à ce que la carte rouge soit considérée comme une sanction suffisante. "Les conséquences de cette carte rouge sont déjà assez grandes. Le Beerschot a encore pu marquer deux fois et cela a eu impact sur tout le club à Genk", a déclaré l'avocat, faisant référence au licenciement d'Hannes Wolf après la défaite 5-2 au Beerschot. Dominique De Bruyne, le président du Comité disciplinaire, rendra son jugement dans la courant de la journée.

Ebe Verhaegen, le procureur fédéral, avait exigé une suspension de quatre matches (dont trois effectifs) et 3.500 euros d'amende (dont 3.000 effectifs) à l'encontre de Bongonda qui a donné sa version des faits, accompagné de l'avocat du club Jochem Martens. ""Ce coup de coude a été donné avec beaucoup d'intensité et l'intégrité physique de Frederic Frans a été mise en danger. Le fait que Théo Bongonda était légèrement retenu et que son adversaire a été légèrement touché ne sont pas des circonstances atténuantes", avait précisé le procureur fédéral Ebe Verhaegen dans la motivation de son jugement. "Bongonda voulait uniquement se défaire du marquage de Frans en tournant son corps et n'avait aucune Dans son plaidoyer, Bongonda a insisté sur le fait qu'il ne s'agissait que la deuxième carte rouge de sa carrière. "À cause de mon style de jeu, je reçois beaucoup de coups mais je ne réagis jamais", a-t-il déclaré. "Je ne suis pas un joueur violent. Je voulais juste me libérer du marquage de Frans. Après la carte rouge, je me suis excusé auprès de l'arbitre et j'ai appelé Frans. Il m'a confirmé que je ne l'avais pas touché." Maître Martens a demandé à ce que la carte rouge soit considérée comme une sanction suffisante. "Les conséquences de cette carte rouge sont déjà assez grandes. Le Beerschot a encore pu marquer deux fois et cela a eu impact sur tout le club à Genk", a déclaré l'avocat, faisant référence au licenciement d'Hannes Wolf après la défaite 5-2 au Beerschot. Dominique De Bruyne, le président du Comité disciplinaire, rendra son jugement dans la courant de la journée.