"Les rumeurs ont commencé à circuler hier soir", a commencé De Witte. "Je tiens à assurer qu'il n'était pas encore question de licenciement à ce moment-là. Après, il y a eu une discussion avec différentes personnes, avec les supporters, avec les joueurs et avec la direction. La clarté est alors venue. Durant ma période comme président de La Gantoise, il y a rarement eu une telle unanimité entre toutes les parties. Nous ne pouvions plus laisser traîner les choses. La décision de licencier Laszlo Bölöni a été prise dans le courant de la matinée."

"Les résultats des précédentes rencontres, également à Eupen vendredi, ont bien sûr donné matière à réflexion", a poursuivi le président. "Nous devions aussi tenir compte des supporters et des joueurs. La presse a également joué un rôle. Petit à petit, mon opinion a changé. J'ai soutenu Bölöni depuis sa nomination." "Avec le recul, Bölöni était peut-être une erreur de casting. J'en prends la responsabilité, avec Michel Louwagie. Nous avons pris ensemble beaucoup de bonnes décisions au fil des ans. Autrement, nous ne serions pas le club que nous sommes aujourd'hui. Mais ici, nous nous sommes trompés. Bölöni n'est pas à blâmer. Cet homme a fait de son mieux. Il voulait faire de son mieux, mais l'expérience et la compétence ne suffisent pas. IL faut aussi le 'match' avec le club, avec la culture du club et les joueur. Le football est à cet égard une matière à part. Il est important de tenir compte de ce qu'il se passe dans le groupe des joueurs et avec les supporters. Les supporters ont toujours été très importants pour moi."

"Ce 'match' n'a pas eu lieu", a regretté De Witte. "J'ai mal jugé cela lorsque je l'ai nommé. J'ai voulu prendre une décision trop rapidement après le licenciement de Jess Thorup. J'ai la grandeur de le reconnaitre. Je prends cette responsabilité sur moi."

Wim De Decker passe donc de T2 à T1. Il sera soutenu par Peter Balette, qui était devenu directeur technique en juin. "Wim et Peter dirigeront ensemble les prochaines rencontres", a conclu De Witte. "Cela me semble un bon duo. Wim est un jeune entraîneur qui a déjà fait ses preuves à l'Antwerp dans le passé. Il connait le groupe et possède toutes les caractéristiques pour bien faire. C'est une chance unique pour lui de se montrer comme T1 au plus haut niveau. Nous verrons ce que l'avenir nous réserve, mais je suis sur mes gardes pour ne plus faire une telle erreur à l'avenir. J'ai confiance en l'avenir. Nous n'allons pas directement chercher un nouvel entraîneur."

"Les rumeurs ont commencé à circuler hier soir", a commencé De Witte. "Je tiens à assurer qu'il n'était pas encore question de licenciement à ce moment-là. Après, il y a eu une discussion avec différentes personnes, avec les supporters, avec les joueurs et avec la direction. La clarté est alors venue. Durant ma période comme président de La Gantoise, il y a rarement eu une telle unanimité entre toutes les parties. Nous ne pouvions plus laisser traîner les choses. La décision de licencier Laszlo Bölöni a été prise dans le courant de la matinée." "Les résultats des précédentes rencontres, également à Eupen vendredi, ont bien sûr donné matière à réflexion", a poursuivi le président. "Nous devions aussi tenir compte des supporters et des joueurs. La presse a également joué un rôle. Petit à petit, mon opinion a changé. J'ai soutenu Bölöni depuis sa nomination." "Avec le recul, Bölöni était peut-être une erreur de casting. J'en prends la responsabilité, avec Michel Louwagie. Nous avons pris ensemble beaucoup de bonnes décisions au fil des ans. Autrement, nous ne serions pas le club que nous sommes aujourd'hui. Mais ici, nous nous sommes trompés. Bölöni n'est pas à blâmer. Cet homme a fait de son mieux. Il voulait faire de son mieux, mais l'expérience et la compétence ne suffisent pas. IL faut aussi le 'match' avec le club, avec la culture du club et les joueur. Le football est à cet égard une matière à part. Il est important de tenir compte de ce qu'il se passe dans le groupe des joueurs et avec les supporters. Les supporters ont toujours été très importants pour moi." "Ce 'match' n'a pas eu lieu", a regretté De Witte. "J'ai mal jugé cela lorsque je l'ai nommé. J'ai voulu prendre une décision trop rapidement après le licenciement de Jess Thorup. J'ai la grandeur de le reconnaitre. Je prends cette responsabilité sur moi." Wim De Decker passe donc de T2 à T1. Il sera soutenu par Peter Balette, qui était devenu directeur technique en juin. "Wim et Peter dirigeront ensemble les prochaines rencontres", a conclu De Witte. "Cela me semble un bon duo. Wim est un jeune entraîneur qui a déjà fait ses preuves à l'Antwerp dans le passé. Il connait le groupe et possède toutes les caractéristiques pour bien faire. C'est une chance unique pour lui de se montrer comme T1 au plus haut niveau. Nous verrons ce que l'avenir nous réserve, mais je suis sur mes gardes pour ne plus faire une telle erreur à l'avenir. J'ai confiance en l'avenir. Nous n'allons pas directement chercher un nouvel entraîneur."