GUILLAUME HUBERT (2013-2017, 36 matches / 25 ans, Cercle Bruges)

"J'ai commencé chez les pros alors que le club vivait une situation catastrophique. Le Standard était dernier et on allait à Charleroi (victoire 2-3, en octobre 2015, ndlr). C'était spécial pour moi, qui suis carolo, et ce n'était pas évident de défendre mes buts dans ce contexte. C'était la grosse crise, mais on gagne là-bas et on bat ensuite Anderlecht, à la maison. Quand tu joues dans les buts à Sclessin, tu sens qu'il y a quelque chose qui gronde derrière toi. Là, c'était la folie. Pour moi, c'était une bonne pression. J'ai enchaîné les matches jusqu'à ce que Victor Valdés arrive. Après, on connaît l'histoire. Le club a eu l'opportunité de le faire signer, tant mieux, mais il n'a pas forcément presté et moi, j'ai été coupé dans mon élan. C'est dommage parce que le Standard a cette tradition des gardiens formés au club... Ensuite, Jean-François Gillet est revenu et c'est vraiment devenu compliqué pour moi. J'ai disputé quelques matches, par-ci, par-là, toujours dans des contextes particuliers. Un gardien doit pouvoir enchaîner pour engranger de la confiance. Je pense que si on m'avait laissé une saison complète, j'aurais connu une autre carrière à Liège. J'avais beau jouer, je n'avais jamais de certitudes. Je sentais qu'à la moindre boulette, j'allais disparaître. Il suffit de regarder les débuts de David De Gea à Manchester : au début, ça ne se passait pas bien. Aujourd'hui, il figure parmi les meilleurs. J'espère qu'Arnaud connaîtra une histoire différente de la mienne. Il a la chance qu'au Standard, les supporters aiment bien s'identifier et sont toujours plus tolérant avec un jeune du club, un gars du coin. J'ai l'impression qu'il est lancé, avec Jean-François Gillet pour l'accompagner, derrière lui. Il y a eu une petite mésentente contre Mouscron (but contre son camp de Laifis, ndlr), mais ça fait partie de son apprentissage, ce n'est pas la dernière. Il est bien parti pour rester et c'est très bien, parce que c'est un super gars. Il a un bon jeu au pied et c'est important à l'heure actuelle. Son seul défaut, c'est peut-être sa taille. Sinon, il est plutôt complet. Il faut vraiment avoir du caractère pour s'imposer à Sclessin sur le long terme et je pense qu'Arnaud a les qualités pour le faire."

Retrouvez l'intégralité des témoignages des anciens gardiens du Standard (Kawashima, Stelea, Van Hout, Habran) sur Arnaud Bodart dans votre Sport/Foot Magazine