En 2014, Madou avait été visé par des critiques au même titre que Steven Martens, alors CEO de l'Union Belge, dont il était le "bras droit". Les fuites dans la presse au sujet de dépenses jugées exagérées et d'une gestion financière peu transparente, notamment autour du Mondial 2014 au Brésil, avaient ébranlé la Maison de verre, qui avait pourtant réitéré sa confiance en la direction peu de temps après, tout en promettant davantage de contrôles. Finalement, Steven Martens, sous pression, avait présenté sa démission du poste de CEO en février 2015, après 4 années. Arrivé en même temps que lui, Bob Madou quitte désormais à son tour le navire. "La direction générale de la Fédération Belge de Football a décidé aujourd'hui de mettre un terme à la collaboration avec Bob Madou", indique sobrement l'URBSFA. "Depuis 2011, Bob Madou occupait la fonction de consultant communication. (...) Aucun autre commentaire ne sera fait par aucune des deux parties." (Belga)

En 2014, Madou avait été visé par des critiques au même titre que Steven Martens, alors CEO de l'Union Belge, dont il était le "bras droit". Les fuites dans la presse au sujet de dépenses jugées exagérées et d'une gestion financière peu transparente, notamment autour du Mondial 2014 au Brésil, avaient ébranlé la Maison de verre, qui avait pourtant réitéré sa confiance en la direction peu de temps après, tout en promettant davantage de contrôles. Finalement, Steven Martens, sous pression, avait présenté sa démission du poste de CEO en février 2015, après 4 années. Arrivé en même temps que lui, Bob Madou quitte désormais à son tour le navire. "La direction générale de la Fédération Belge de Football a décidé aujourd'hui de mettre un terme à la collaboration avec Bob Madou", indique sobrement l'URBSFA. "Depuis 2011, Bob Madou occupait la fonction de consultant communication. (...) Aucun autre commentaire ne sera fait par aucune des deux parties." (Belga)