"Une année décevante...", a déclaré Sofie Goos sur sa page Facebook jeudi. "Je viens d'apprendre que BMC-Etixx Team n'avait plus de place pour moi. Une équipe qui m'a ouvert beaucoup d'opportunités, mais avec laquelle je ne peux continuer à répondre aux attentes... Et ressusciter. Car mon enthousiasme est toujours plus grand. Je serai une bonne ambassadrice pour les sponsors/partenaires qui viendront me soutenir. L'appel est lancé!". Le 15 mai 2016, Sofie Goos a été poignardée lors d'un entraînement effectué dans le Park Spoor Noord d'Anvers. Gravement touchée au rein droit, la triathlète belge a eu besoin de plusieurs mois de revalidation avant de pouvoir reprendre l'entraînement. Son agresseur a été interpellé et arrêté quelques jours plus tard. Pour son retour, Goos a terminé à la 6e place du quart triathlon du Zwin, en Belgique, fin septembre. (Belga)

"Une année décevante...", a déclaré Sofie Goos sur sa page Facebook jeudi. "Je viens d'apprendre que BMC-Etixx Team n'avait plus de place pour moi. Une équipe qui m'a ouvert beaucoup d'opportunités, mais avec laquelle je ne peux continuer à répondre aux attentes... Et ressusciter. Car mon enthousiasme est toujours plus grand. Je serai une bonne ambassadrice pour les sponsors/partenaires qui viendront me soutenir. L'appel est lancé!". Le 15 mai 2016, Sofie Goos a été poignardée lors d'un entraînement effectué dans le Park Spoor Noord d'Anvers. Gravement touchée au rein droit, la triathlète belge a eu besoin de plusieurs mois de revalidation avant de pouvoir reprendre l'entraînement. Son agresseur a été interpellé et arrêté quelques jours plus tard. Pour son retour, Goos a terminé à la 6e place du quart triathlon du Zwin, en Belgique, fin septembre. (Belga)