Ce record du monde ne sera pas homologué car Blummenfelt a été aidé dans sa tentative par des lièvres et des accompagnateurs. Cette tentative peut être comparée à celle d'Eliud Kipchoge, qui a battu le record du monde du marathon en 2019 à Vienne. L'athlète kenyan était descendu sous les deux heures, mais il avait eu recours à une voiture électrique équipée de faisceaux laser et avait reçu le soutien de 41 lièvres. Après avoir décroché le titre olympique l'été dernier à Tokyo, Blummenfelt a remporté les World Series. Lors de ses débuts sur longue distance au Mexique en novembre dernier, il a d'emblée porté le record du monde à 7h21:12. Enfin, le mois dernier, il s'est adjugé le Mondial d'Ironman à St. George, aux États-Unis. Dans la course féminine, la victoire est revenue à la Britannique de l'équipe belge BMC Katrina Matthews en 7h31.54. Deuxième, la Suissesse Nicola Spirig est également restée sous les huit heures (7h34:22). (Belga)

Ce record du monde ne sera pas homologué car Blummenfelt a été aidé dans sa tentative par des lièvres et des accompagnateurs. Cette tentative peut être comparée à celle d'Eliud Kipchoge, qui a battu le record du monde du marathon en 2019 à Vienne. L'athlète kenyan était descendu sous les deux heures, mais il avait eu recours à une voiture électrique équipée de faisceaux laser et avait reçu le soutien de 41 lièvres. Après avoir décroché le titre olympique l'été dernier à Tokyo, Blummenfelt a remporté les World Series. Lors de ses débuts sur longue distance au Mexique en novembre dernier, il a d'emblée porté le record du monde à 7h21:12. Enfin, le mois dernier, il s'est adjugé le Mondial d'Ironman à St. George, aux États-Unis. Dans la course féminine, la victoire est revenue à la Britannique de l'équipe belge BMC Katrina Matthews en 7h31.54. Deuxième, la Suissesse Nicola Spirig est également restée sous les huit heures (7h34:22). (Belga)