"Devoir terminer de cette façon constitue une grande déception", a-t-il ainsi admis, "mais aussi un grand soulagement dans la mesure où la succession des blessures rendait ma vie professionnelle vraiment très difficile..."

Les blessures ont en effet malheureusement constitué le fil rouge du parcours sportif du talentueux mouscronnois qui se sera au total allongé à plus de dix reprises sur la table d'opération. La dernière fois c'était à la mi-juillet, avec déjà dans la tête le sentiment que la poursuite de sa carrière était des plus compromises, et qu'il allait entamer son ultime revalidation.

La volonté de se battre qui l'a toujours animé était encore là mais six mois plus tard, il a bien dû se rendre à l'évidence et comprendre qu'il ne serait plus jamais opérationnel. Et c'est à la demande de Blondel lui-même, que le contrat qui le liait encore à son club jusqu'en 2016, a été rompu de commun accord. Il sera honoré et fleuri ce vendredi soir à l'occasion de la reprise du championnat contre Malines.

"Je me suis battu ces six derniers mois en sachant fort bien que c'était la dernière fois", a-t-il déclaré vendredi. "Mais à un moment donné Il faut arrêter la comédie et prendre la décision qui s'impose. C'est d'ailleurs la meilleure pour toutes les parties impliquées. Le corps ne veut plus et il faut respecter sa volonté. Je suis satisfait de ma carrière et je n'ai pas de regrets. La déception est presque déjà passée dans la mesure où ma décision ne date en réalité pas d'hier. J'ai simplement attendu la fin des fêtes pour l'annoncer. Je ne sais pas encore dans quelle direction je vais maintenant me diriger. Peut-être que plus tard je vais quand même essayer de rejouer à un niveau inférieur. En attendant je veux surtout passer un maximum de temps auprès de ma compagne. Je profite d'ailleurs de l'occasion pour remercier toute ma famille qui m'a toujours énormément soutenu dans les épreuves endurées", a conclu Blondel, submergé par l'émotion.

"Devoir terminer de cette façon constitue une grande déception", a-t-il ainsi admis, "mais aussi un grand soulagement dans la mesure où la succession des blessures rendait ma vie professionnelle vraiment très difficile..."Les blessures ont en effet malheureusement constitué le fil rouge du parcours sportif du talentueux mouscronnois qui se sera au total allongé à plus de dix reprises sur la table d'opération. La dernière fois c'était à la mi-juillet, avec déjà dans la tête le sentiment que la poursuite de sa carrière était des plus compromises, et qu'il allait entamer son ultime revalidation.La volonté de se battre qui l'a toujours animé était encore là mais six mois plus tard, il a bien dû se rendre à l'évidence et comprendre qu'il ne serait plus jamais opérationnel. Et c'est à la demande de Blondel lui-même, que le contrat qui le liait encore à son club jusqu'en 2016, a été rompu de commun accord. Il sera honoré et fleuri ce vendredi soir à l'occasion de la reprise du championnat contre Malines."Je me suis battu ces six derniers mois en sachant fort bien que c'était la dernière fois", a-t-il déclaré vendredi. "Mais à un moment donné Il faut arrêter la comédie et prendre la décision qui s'impose. C'est d'ailleurs la meilleure pour toutes les parties impliquées. Le corps ne veut plus et il faut respecter sa volonté. Je suis satisfait de ma carrière et je n'ai pas de regrets. La déception est presque déjà passée dans la mesure où ma décision ne date en réalité pas d'hier. J'ai simplement attendu la fin des fêtes pour l'annoncer. Je ne sais pas encore dans quelle direction je vais maintenant me diriger. Peut-être que plus tard je vais quand même essayer de rejouer à un niveau inférieur. En attendant je veux surtout passer un maximum de temps auprès de ma compagne. Je profite d'ailleurs de l'occasion pour remercier toute ma famille qui m'a toujours énormément soutenu dans les épreuves endurées", a conclu Blondel, submergé par l'émotion.