"La sécurité dans la course a toujours été une priorité pour les protagonistes du monde cycliste et leurs représentants, qui exigent des mesures immédiates pour protéger les coureurs. Depuis que cette course entre la Belgique et les Pays-Bas a débuté, le 12 août, elle n'a pas mérité le niveau de course WorldTour, un titre attribué par l'Union Cycliste Internationale, malgré des problèmes évidents pour la sécurité des coureurs, à partir du choix du parcours de course. Les participants se plaignent unanimement des rues étroites, des obstacles non signalés, des courbes brusques et des trous au sol à proximité des arrivées, rendus encore plus dangereux par le mauvais temps qui sévit fréquemment dans cette région au mois d'août, de la traversée dangereuse des fans, des barrières dangereuses", explique le communiqué de l'association. "Notre délégué a signalé les nombreux problèmes aux organisateurs et à l'UCI, dont le délégué à la sécurité est en train d'arriver finalement à la course. Les coureurs sont confrontés à une course d'obstacles en ville, je me demande: qui l'a autorisé? Demain, cette course se terminera, mais dans ces conditions, il n'est pas acceptable de rouler", a déclaré l'Italien Gianni Bugno, président de l'association. "Nous sommes fatigués, l'UCI nous remercie pour nos rapports mais ne change pas grand chose. Nous croyons au travail d'équipe, au dialogue et au travail des commissions, mais nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas être pris au sérieux. Nous ne pouvons plus accepter ce modus operandi. Si c'est à l'attractivité du cyclisme que vise la fédération internationale, nous sommes en train d'aller définitivement dans la mauvaise direction". (Belga)