"J'attends toujours une réponse", répond le Liégeois à la question: quel est votre échec sur un an ? "Les Diables marchent du tonnerre grâce au travail remarquable de Marc Wilmots, les U19 et les U17 sont qualifiés. Les relations sont bonnes avec la Pro League. (...) Bref, en un an, on a beaucoup bougé. Dans un sens: le foot."

Thans a été le premier surpris de son limogeage. "Je ne m'y attendais pas. A tel point que j'ai encore eu le jour même une très bonne réunion avec le département technique. Steven Martens (le

Secrétaire-général de l'Union belge) m'a toujours soutenu. Philippe Collin (président de la commission technique) aussi."

L'Union aurait fait une évaluation négative. "Quelle évaluation? Il n'y en a jamais eu" répond Thans qui réfute aussi des conflits internes. "Tout allait bien avec mon équipe. Il n'y avait pas de conflit."

Une rumeur de manque d'ardeur au travail est pareillement balayée. "Qui dit ça? Vous pouvez demander à mes managers et mes collaborateurs si je me la coulais douce."

Thans écarte aussi une raison communautaire: "Je pense que les néerlandophones m'apprécient." Il espère désormais rebondir toujours dans le milieu du football: "Je suis ouvert à tout."

"J'attends toujours une réponse", répond le Liégeois à la question: quel est votre échec sur un an ? "Les Diables marchent du tonnerre grâce au travail remarquable de Marc Wilmots, les U19 et les U17 sont qualifiés. Les relations sont bonnes avec la Pro League. (...) Bref, en un an, on a beaucoup bougé. Dans un sens: le foot." Thans a été le premier surpris de son limogeage. "Je ne m'y attendais pas. A tel point que j'ai encore eu le jour même une très bonne réunion avec le département technique. Steven Martens (le Secrétaire-général de l'Union belge) m'a toujours soutenu. Philippe Collin (président de la commission technique) aussi." L'Union aurait fait une évaluation négative. "Quelle évaluation? Il n'y en a jamais eu" répond Thans qui réfute aussi des conflits internes. "Tout allait bien avec mon équipe. Il n'y avait pas de conflit." Une rumeur de manque d'ardeur au travail est pareillement balayée. "Qui dit ça? Vous pouvez demander à mes managers et mes collaborateurs si je me la coulais douce." Thans écarte aussi une raison communautaire: "Je pense que les néerlandophones m'apprécient." Il espère désormais rebondir toujours dans le milieu du football: "Je suis ouvert à tout."