1. Karim Belhocine doit-il s'en vouloir après cette élimination?

Les Carolos peuvent s'en vouloir après cette défaite. Largement supérieurs à la Gantoise en première période (personne n'aurait rien dit si c'était 0-3 à la mi-temps !), les hommes de Karim Belhocine ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes. Le nombre d'opportunités manquées dans les 45 premières minutes était juste énorme. Et comme on pouvait s'y attendre, une équipe qui ne marque pas pour se mettre à l'abri se fait très souvent punir. La causerie d'Hein Vanhaezebrouck à la mi-temps a porté ses fruits. Inexistants lors du premier acte, les Gantois ont marché sur le Sporting en deuxième période, même si un but (refusé) aurait pu être accordé à Charleroi. Quand une équipe peut se permettre de faire rentrer Vadis Odjidja, Tarik Tissoudali et Niklas Dorsch à la 70eminute, cela change tout. Et ce fut le cas. Les changements opérés ont encore plus déstabilisé une défense carolo qui n'était déjà pas à l'aise. Résultat des courses: trois goals en dix minutes et la rencontre était pliée.

En voyant son équipe reculer de plus en plus, Karim Belhocine aurait dû réagir plus tôt. Ce n'est qu'après les deux premiers buts gantois qu'il a fait rentrer des offensifs alors qu'il aurait pu (dû ?) le faire bien avant pour soulager sa défense. En conférence de presse d'après-match, il n'a pas souhaité aborder la question: "J'en parlerai en temps voulu avec les garçons et avec mon staff." À 3 jours d'un match face au leader brugeois, une réaction rapide s'impose si les Carolos ne veulent pas voir toutes leurs ambitions tomber à l'eau.

2. Le Standard a-t-il un beau coup à jouer face à Bruges?

Standard - Club de Bruges, c'est de nouveau une finale avant l'heure à laquelle nous pourrons assister au prochain tour de Croky Cup. Les hommes de Mbaye Leye ont eu chaud face à Courtrai, dans un match finalement terminé aux tirs au but et sauvé par Laurent Henkinet après le raté de Jackson Muleka. Face au Club, les Liégeois devront hausser leur niveau de jeu pour essayer de déstabiliser la machine adverse.

Inarrêtables en ce moment, les hommes de Philippe Clement n'ont pas eu de difficultés pour sortir l'Antwerp. Les Blauw en Zwart jouent toujours sur les trois tableaux (JPL, Croky Cup et Europa League). Philippe Clement devra inévitablement faire tourner son noyau.

C'est peut-être la chance du Standard. Encore en lice pour le Top 4, les Rouches auront fort à faire mais, à Sclessin, tout est toujours possible. En début de saison, ils avaient bousculé Bruges comme personne ne l'avait fait depuis bien longtemps. Cela remonte à quelques mois, les Brugeois étaient moins forts que maintenant, mais cela prouve qu'il y a moyen de leur faire mal. À Leye et à ses hommes de prouver que le stade du Standard, même sans public, reste une terre à exploits.

3. Le RSCA est-il définitivement lancé vers le Top 4?

Une première mi-temps difficile, une seconde en mode rouleau compresseur. Si on devait résumer le match de ce jeudi soir, on ne ferait pas mieux. En menant 0-1 à la mi-temps, Vincent Kompany et ses hommes avaient fait le plus dur. L'Union était, malgré tout, bien dans son match mais l'équipe anderlechtoise, très costaude ces dernières semaines, maitrisait parfaitement son sujet. En deuxième période, par contre, l'Union s'est écroulée. Un succès sévère mais qui montre que le Sporting est définitivement lancé dans la course aux PO1. Depuis quelques semaines, les Mauves sont plus consistants, ils font moins d'erreurs défensives et sont beaucoup plus cyniques en phase offensive. Avant le Clasico fin du mois (28/02), ils seraient bien inspirés d'enchainer face à des équipes abordables sur le papier (le Cercle, OHL et Courtrai). En s'imposant face à ces 3 formations, ils prouveraient à tout le monde que le "process" de Kompany porte ses fruits. Enfin...

Par Arthur Gosset (st.)

Les Carolos peuvent s'en vouloir après cette défaite. Largement supérieurs à la Gantoise en première période (personne n'aurait rien dit si c'était 0-3 à la mi-temps !), les hommes de Karim Belhocine ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes. Le nombre d'opportunités manquées dans les 45 premières minutes était juste énorme. Et comme on pouvait s'y attendre, une équipe qui ne marque pas pour se mettre à l'abri se fait très souvent punir. La causerie d'Hein Vanhaezebrouck à la mi-temps a porté ses fruits. Inexistants lors du premier acte, les Gantois ont marché sur le Sporting en deuxième période, même si un but (refusé) aurait pu être accordé à Charleroi. Quand une équipe peut se permettre de faire rentrer Vadis Odjidja, Tarik Tissoudali et Niklas Dorsch à la 70eminute, cela change tout. Et ce fut le cas. Les changements opérés ont encore plus déstabilisé une défense carolo qui n'était déjà pas à l'aise. Résultat des courses: trois goals en dix minutes et la rencontre était pliée. En voyant son équipe reculer de plus en plus, Karim Belhocine aurait dû réagir plus tôt. Ce n'est qu'après les deux premiers buts gantois qu'il a fait rentrer des offensifs alors qu'il aurait pu (dû ?) le faire bien avant pour soulager sa défense. En conférence de presse d'après-match, il n'a pas souhaité aborder la question: "J'en parlerai en temps voulu avec les garçons et avec mon staff." À 3 jours d'un match face au leader brugeois, une réaction rapide s'impose si les Carolos ne veulent pas voir toutes leurs ambitions tomber à l'eau. Standard - Club de Bruges, c'est de nouveau une finale avant l'heure à laquelle nous pourrons assister au prochain tour de Croky Cup. Les hommes de Mbaye Leye ont eu chaud face à Courtrai, dans un match finalement terminé aux tirs au but et sauvé par Laurent Henkinet après le raté de Jackson Muleka. Face au Club, les Liégeois devront hausser leur niveau de jeu pour essayer de déstabiliser la machine adverse. Inarrêtables en ce moment, les hommes de Philippe Clement n'ont pas eu de difficultés pour sortir l'Antwerp. Les Blauw en Zwart jouent toujours sur les trois tableaux (JPL, Croky Cup et Europa League). Philippe Clement devra inévitablement faire tourner son noyau. C'est peut-être la chance du Standard. Encore en lice pour le Top 4, les Rouches auront fort à faire mais, à Sclessin, tout est toujours possible. En début de saison, ils avaient bousculé Bruges comme personne ne l'avait fait depuis bien longtemps. Cela remonte à quelques mois, les Brugeois étaient moins forts que maintenant, mais cela prouve qu'il y a moyen de leur faire mal. À Leye et à ses hommes de prouver que le stade du Standard, même sans public, reste une terre à exploits. Une première mi-temps difficile, une seconde en mode rouleau compresseur. Si on devait résumer le match de ce jeudi soir, on ne ferait pas mieux. En menant 0-1 à la mi-temps, Vincent Kompany et ses hommes avaient fait le plus dur. L'Union était, malgré tout, bien dans son match mais l'équipe anderlechtoise, très costaude ces dernières semaines, maitrisait parfaitement son sujet. En deuxième période, par contre, l'Union s'est écroulée. Un succès sévère mais qui montre que le Sporting est définitivement lancé dans la course aux PO1. Depuis quelques semaines, les Mauves sont plus consistants, ils font moins d'erreurs défensives et sont beaucoup plus cyniques en phase offensive. Avant le Clasico fin du mois (28/02), ils seraient bien inspirés d'enchainer face à des équipes abordables sur le papier (le Cercle, OHL et Courtrai). En s'imposant face à ces 3 formations, ils prouveraient à tout le monde que le "process" de Kompany porte ses fruits. Enfin...Par Arthur Gosset (st.)