La Biélorussie est le seul pays que les observateurs n'attendaient pas à ce stade. Pourtant traditionnelle nation de basket depuis 2007, les Biélorusses retrouvent une demi-finale, 14 ans après avoir pris la médaille de bronze à Chieti. Les joueuses de Natalyia Trafimava n'ont pas volé leur place dans le dernier carré, ayant fait trébucher l'Espagne dès le premier match de la compétition en phase de poule. L'Espagne, précisément, c'est le seul des favoris cités à ne pas être au rendez-vous. Après s'être hissés sur le podium des sept derniers grands championnats internationaux (Euro, Coupe du monde, Jeux Olympiques), Lucas Mondelo et ses joueuses, double tenants du titre, n'en seront pas cette fois dimanche. La faute à la Serbie, victorieuse en quarts de finale, et après prolongation, de la Roja, qui paie cher le forfait d'Alba Torrens (positive au coronavirus juste avant l'Euro). La Serbie, championne d'Europe en 2015, médaillée de bronze aux JO de 2016 et 3e encore de l'Euro 2019, veut une médaille, encore. Marina Maljkovic, la fille du légendaire coach Bozidar Maljkovic, est le porte-bonheur des Serbes. Ce n'est qu'avec elle comme coach qu'elles montent sur le podium. La Serbie, c'est donc l'adversaire de la Belgique samedi (21h00) en demi-finale. Les Belgian Cats ont coché chacun des objectifs qu'elles s'étaient fixés lors de ce championnat d'Europe. Est venu s'en rajouter un autre: celui de disputer la première finale d'un Euro de leur histoire après une médaille de bronze en 2017. Après dix années de vache maigre, les Belges sont désormais présentes dans les grands rendez-vous sans discontinuer depuis cette 3e place à Prague il y a quatre ans, avec ensuite une 4e place à la Coupe du monde en 2018, une 5e place à l'Euro 2019, une qualification olympique pour les JO de Tokyo lors du TQO à Ostende en février 2020, bientôt cette historique participation olympique dans la capitale japonaise (du 27 juillet au 8 août) et un billet en poche déjà aussi pour les tournois de qualifications en vue de la Coupe du monde 2022 en Australie. Une exceptionnelle continuité pour une génération dorée qui n'aspire qu'à collectionner les performances de haut vol. L'autre demi-finale samedi, à 18h00, verra la France, qui semble injouable et bien au-dessus du lot, tenter d'éviter le piège biélorusse. Les filles de Valérie Garnier, pour la 11e fois - et la 7e fois de suite - en demi-finales de l'Euro, courent pourtant toujours après un nouveau titre européen (qui serait le 3e avec un premier titre en 2001) qui lui échappe depuis 2009, battues en finale soit par la Serbie, soit par l'Espagne lors des précédentes éditions. Troisièmes en 2011 (battue en demi-finale par la Turquie), vice-championnes olympiques en 2012 à Londres face aux USA, 2e en 2013 (barrées par l'Espagne déjà), 2e en 2015 battues par la Serbie, 2e encore en 2017 et 2019, battues toujours par les Espagnoles, les Françaises ont une véritable armada à leur disposition pour enfin conquérir l'or. Deux autres rencontres sont au programme samedi, entre les battus des quarts de finale avec à 12h00 Suède - Bosnie-Herzégovine et à 15h00 Espagne - Russie avec pour enjeu une place pour les tournois de qualifications pour la Coupe du monde l'année prochaine. Autrement dit aussi, le battu ne verra pas l'Australie et Sydney du 22 septembre au 1er octobre 2022. (Belga)

La Biélorussie est le seul pays que les observateurs n'attendaient pas à ce stade. Pourtant traditionnelle nation de basket depuis 2007, les Biélorusses retrouvent une demi-finale, 14 ans après avoir pris la médaille de bronze à Chieti. Les joueuses de Natalyia Trafimava n'ont pas volé leur place dans le dernier carré, ayant fait trébucher l'Espagne dès le premier match de la compétition en phase de poule. L'Espagne, précisément, c'est le seul des favoris cités à ne pas être au rendez-vous. Après s'être hissés sur le podium des sept derniers grands championnats internationaux (Euro, Coupe du monde, Jeux Olympiques), Lucas Mondelo et ses joueuses, double tenants du titre, n'en seront pas cette fois dimanche. La faute à la Serbie, victorieuse en quarts de finale, et après prolongation, de la Roja, qui paie cher le forfait d'Alba Torrens (positive au coronavirus juste avant l'Euro). La Serbie, championne d'Europe en 2015, médaillée de bronze aux JO de 2016 et 3e encore de l'Euro 2019, veut une médaille, encore. Marina Maljkovic, la fille du légendaire coach Bozidar Maljkovic, est le porte-bonheur des Serbes. Ce n'est qu'avec elle comme coach qu'elles montent sur le podium. La Serbie, c'est donc l'adversaire de la Belgique samedi (21h00) en demi-finale. Les Belgian Cats ont coché chacun des objectifs qu'elles s'étaient fixés lors de ce championnat d'Europe. Est venu s'en rajouter un autre: celui de disputer la première finale d'un Euro de leur histoire après une médaille de bronze en 2017. Après dix années de vache maigre, les Belges sont désormais présentes dans les grands rendez-vous sans discontinuer depuis cette 3e place à Prague il y a quatre ans, avec ensuite une 4e place à la Coupe du monde en 2018, une 5e place à l'Euro 2019, une qualification olympique pour les JO de Tokyo lors du TQO à Ostende en février 2020, bientôt cette historique participation olympique dans la capitale japonaise (du 27 juillet au 8 août) et un billet en poche déjà aussi pour les tournois de qualifications en vue de la Coupe du monde 2022 en Australie. Une exceptionnelle continuité pour une génération dorée qui n'aspire qu'à collectionner les performances de haut vol. L'autre demi-finale samedi, à 18h00, verra la France, qui semble injouable et bien au-dessus du lot, tenter d'éviter le piège biélorusse. Les filles de Valérie Garnier, pour la 11e fois - et la 7e fois de suite - en demi-finales de l'Euro, courent pourtant toujours après un nouveau titre européen (qui serait le 3e avec un premier titre en 2001) qui lui échappe depuis 2009, battues en finale soit par la Serbie, soit par l'Espagne lors des précédentes éditions. Troisièmes en 2011 (battue en demi-finale par la Turquie), vice-championnes olympiques en 2012 à Londres face aux USA, 2e en 2013 (barrées par l'Espagne déjà), 2e en 2015 battues par la Serbie, 2e encore en 2017 et 2019, battues toujours par les Espagnoles, les Françaises ont une véritable armada à leur disposition pour enfin conquérir l'or. Deux autres rencontres sont au programme samedi, entre les battus des quarts de finale avec à 12h00 Suède - Bosnie-Herzégovine et à 15h00 Espagne - Russie avec pour enjeu une place pour les tournois de qualifications pour la Coupe du monde l'année prochaine. Autrement dit aussi, le battu ne verra pas l'Australie et Sydney du 22 septembre au 1er octobre 2022. (Belga)