Pour Antonia Delaere aussi, si "le fait d'avoir gagné contre la Serbie qui est presque au complet (seule une joueuse, Nikolina Milic, manquait à l'appel, ndlr) et qui a déjà joué deux matches de préparation (remportés contre la Turquie, ndlr) est bien, il nous a manqué de l'agressivité tant en défense qu'en attaque, surtout en première période", soulignait l'ailière anversoise. "Nous leur avons laissé trop d'espace. Ce fut mieux en deuxième mi-temps, mais on voit que nous avons encore beaucoup de travail, surtout sur le plan physique." Philip Mestdagh abondait dans le même sens. "Je n'ai pas très bien compris parce que nous sommes encore 16 joueuses et elles doivent se battre pour être dans les 12. Pour un premier match de préparation, comme coach je peux accepter qu'il y ait du déchet. Mais nous avons été trop sages dans les contacts et ça ce n'est pas normal. Nous avons laissé trop de rebonds offensifs aux Serbes et commis trop de pertes de balle (23, dont 18 en première période). Le groupe a bien réagi, mais il y a déjà des choses très claires", a estimé le sélectionneur national, qui veut profiter des premières rencontres pour tester tout son groupe. En civil vendredi, Julie Allemand et Kim Mestdagh joueront samedi contre Porto Rico, mais pas Emma Meesseman a annoncé Philip Mestdagh qui espère récupérer Kyara Linskens. "Il faut la tester pour son genou. Si elle n'est pas capable de jouer un, puis deux puis trois matches, alors on perd du temps avec elle. Il faut qu'elle retrouve le rythme. Il y a déjà des choses assez claires. Les postes 2 et 3, je pense que les joueuses ont fait leur job. On voit aussi les bonnes connexions à l'intérieur entre Emma Meesseman et Ann Wauters, avec Becky Massey aussi. Au poste 1, à l'entraînement tout le monde se connaît, mais en match, on a vu la Serbie mettre de la pression et nous mettre de suite en difficulté. Il faut pouvoir rivaliser dans un jeu super physique. Il faut aussi s'améliorer dans les un contre un." (Belga)

Pour Antonia Delaere aussi, si "le fait d'avoir gagné contre la Serbie qui est presque au complet (seule une joueuse, Nikolina Milic, manquait à l'appel, ndlr) et qui a déjà joué deux matches de préparation (remportés contre la Turquie, ndlr) est bien, il nous a manqué de l'agressivité tant en défense qu'en attaque, surtout en première période", soulignait l'ailière anversoise. "Nous leur avons laissé trop d'espace. Ce fut mieux en deuxième mi-temps, mais on voit que nous avons encore beaucoup de travail, surtout sur le plan physique." Philip Mestdagh abondait dans le même sens. "Je n'ai pas très bien compris parce que nous sommes encore 16 joueuses et elles doivent se battre pour être dans les 12. Pour un premier match de préparation, comme coach je peux accepter qu'il y ait du déchet. Mais nous avons été trop sages dans les contacts et ça ce n'est pas normal. Nous avons laissé trop de rebonds offensifs aux Serbes et commis trop de pertes de balle (23, dont 18 en première période). Le groupe a bien réagi, mais il y a déjà des choses très claires", a estimé le sélectionneur national, qui veut profiter des premières rencontres pour tester tout son groupe. En civil vendredi, Julie Allemand et Kim Mestdagh joueront samedi contre Porto Rico, mais pas Emma Meesseman a annoncé Philip Mestdagh qui espère récupérer Kyara Linskens. "Il faut la tester pour son genou. Si elle n'est pas capable de jouer un, puis deux puis trois matches, alors on perd du temps avec elle. Il faut qu'elle retrouve le rythme. Il y a déjà des choses assez claires. Les postes 2 et 3, je pense que les joueuses ont fait leur job. On voit aussi les bonnes connexions à l'intérieur entre Emma Meesseman et Ann Wauters, avec Becky Massey aussi. Au poste 1, à l'entraînement tout le monde se connaît, mais en match, on a vu la Serbie mettre de la pression et nous mettre de suite en difficulté. Il faut pouvoir rivaliser dans un jeu super physique. Il faut aussi s'améliorer dans les un contre un." (Belga)