Quelques heures avant un clasico très attendu entre le Barça (1er, 76 pts) et le Real Madrid (3e, 66 pts), l'Atletico (2e, 70 pts) n'a en effet pas raté l'occasion de mettre sous pression son rival barcelonais. Mais Yannick Carrasco, non remis de la blessure à la cheville qui l'avait contraint à déclarer forfait pour le match amical Portugal - Belgique mardi, n'était pas de la fête à Vicente-Calderon. Musonda a de son côté joué 70 minutes avant de céder sa place à Xavier Torres, mais pour lui il n'a pas été question de fête. Notamment à cause d'un autre Torres, Fernando, le chouchou du public "colchonero", qui a débloqué la situation d'un petit ballon piqué à la 37e. Griezmann a doublé le score avant la mi-temps mais tout le "mérite", si l'on peut dire, en revient au gardien visiteur Antonio Adan qui a laissé le ballon lui filer entre les jambes et mourir au fond de la cage (42e). Un but heureux, auquel le Français a ajouté une autre réalisation en fin de rencontre après un exploit personnel de l'Argentin Angel Correa (81e), qui avait déjà délivré une autre passe décisive à Juanfran sur le troisième but de l'Atletico (65e). Dans le temps additionnel, Griezmann, 19 goals en Liga cette saison, a assorti sa belle prestation d'une passe décisive pour le Ghanéen Thomas Partey. L'Atletico est prêt pour le choc avec le Barça, sauf peut-être son portier slovène Jan Oblak (ex-Benfica), coupable d'une inhabituelle faute de main sur l'unique but sévillan, signé Ruben Castro (79e). (Belga)

Quelques heures avant un clasico très attendu entre le Barça (1er, 76 pts) et le Real Madrid (3e, 66 pts), l'Atletico (2e, 70 pts) n'a en effet pas raté l'occasion de mettre sous pression son rival barcelonais. Mais Yannick Carrasco, non remis de la blessure à la cheville qui l'avait contraint à déclarer forfait pour le match amical Portugal - Belgique mardi, n'était pas de la fête à Vicente-Calderon. Musonda a de son côté joué 70 minutes avant de céder sa place à Xavier Torres, mais pour lui il n'a pas été question de fête. Notamment à cause d'un autre Torres, Fernando, le chouchou du public "colchonero", qui a débloqué la situation d'un petit ballon piqué à la 37e. Griezmann a doublé le score avant la mi-temps mais tout le "mérite", si l'on peut dire, en revient au gardien visiteur Antonio Adan qui a laissé le ballon lui filer entre les jambes et mourir au fond de la cage (42e). Un but heureux, auquel le Français a ajouté une autre réalisation en fin de rencontre après un exploit personnel de l'Argentin Angel Correa (81e), qui avait déjà délivré une autre passe décisive à Juanfran sur le troisième but de l'Atletico (65e). Dans le temps additionnel, Griezmann, 19 goals en Liga cette saison, a assorti sa belle prestation d'une passe décisive pour le Ghanéen Thomas Partey. L'Atletico est prêt pour le choc avec le Barça, sauf peut-être son portier slovène Jan Oblak (ex-Benfica), coupable d'une inhabituelle faute de main sur l'unique but sévillan, signé Ruben Castro (79e). (Belga)