Beaucoup plus de penalties: la JPL suit-elle la tendance du Mondial?

14/09/18 à 08:30 - Mise à jour à 13/09/18 à 11:32

Source: Sportmagazine

La récente Coupe du monde a été marquée par un grand nombre de coups de réparation. Ils ont été nombreux aussi durant les six premières journées de championnat.

Beaucoup plus de penalties: la JPL suit-elle la tendance du Mondial?

Sebastien Bruzzese (Courtrai) arrête un penalty durant un match de Jupiler Pro League contre Genk. © BELGA

29 penalties attribués, dont 22 convertis, en 64 matches, soit un coup de réparation tous les 2,21 duels ou 0,45 penalty par match. La Coupe du monde russe a battu les records, partiellement à cause du VAR, qui a surveillé tous les matches. Neuf penalties ont en effet été accordés suite à l'intervention du VAR, y compris celui d' Antoine Griezmann en finale.

Cette tendance à la hausse connaît une suite dans notre championnat. Après la sixième journée du championnat régulier (48 matches au total), les arbitres ont déjà sifflé 22 penalties, dont 17 ont été convertis.

Ça représente un penalty tous les 2,18 matches ou 0,46 penalty par partie. Même si nous n'en sommes qu'à six journées, c'est nettement plus que la moyenne atteinte en championnat régulier depuis l'introduction des play-offs : un tous les 3,28 matches ou 0,31 par duel de 2009-2010 à 2017-2018. Même la saison-record 2012-2013 (un penalty tous les 2,76 matches ou 0,36 par rencontre) en comptait moins.

Le nombre de coups de réparation (marqués) représente 11,41 % des buts inscrits (17 sur 149 buts). C'est nettement supérieur à la moyenne depuis l'arrivée des play-offs (8%) mais inférieur à celle du dernier Mondial (22 sur 169 goals, soit 13%).

Par rapport au Mondial, le VAR a eu une part peu importante dans ces chiffres-records : trois penalties (au Club Bruges, à Gand et au KRC Genk) ont été accordés suite à son intervention mais deux penalties sifflés (pour Anderlecht) ont été mués en coup franc direct après analyse des images. Le VAR n'est pas intervenu durant Lokeren-Genk suite à une faute de main claire de Steve De Ridder.

À épingler encore : 13 des 22 penalties accordés durant ces six premières journées l'ont été au bénéfice de seulement trois équipes : cinq à Gand et au KRC Genk, trois au Club Bruges. Cinq formations en ont obtenu un et six autres n'en ont pas encore eu un seul.

Nos partenaires