"Je m'y suis senti heureux dès le début, et je ne me vois pas ailleurs. C'est comme une famille pour moi", déclare Bauke Mollema dans un communiqué de Trek-Segafredo. Depuis son arrivée il y a huit ans, Mollema, qui vient de prendre part au Giro -son 20e grand tour-, a signé quelques unes de ses plus belles victoires, comme la Classique de Saint-Sébastien en 2016, deux étapes du Tour (2017 et 2021) ou le Tour de Lombardie 2019. "J'ai connu quelques moments forts avec l'équipe. Me battre pour le classement général et terminer 7e du Tour de France 2015 est aussi un beau souvenir, tout comme le Tour 2016, où je luttais pour le podium avant de chuter dans les derniers jours, où le Giro 2019", dit Bauke Mollema, dont le statut a changé avec les années. "Mon rôle a changé ces dernières années et il changera sans doute encore", avance le Groningois. "Je suis arrivé comme coureur de classement, en visant particulièrement le Tour. Après plusieurs années, j'ai commencé à me concentrer sur les courses d'un jour et les étapes dans les grands tours. J'aime ce rôle, et peut-être qu'à ce stade de ma carrière, il me convient un peu mieux que de viser le général", conclut Bauke Mollema, qui a terminé 26e du Giro dimanche. (Belga)

"Je m'y suis senti heureux dès le début, et je ne me vois pas ailleurs. C'est comme une famille pour moi", déclare Bauke Mollema dans un communiqué de Trek-Segafredo. Depuis son arrivée il y a huit ans, Mollema, qui vient de prendre part au Giro -son 20e grand tour-, a signé quelques unes de ses plus belles victoires, comme la Classique de Saint-Sébastien en 2016, deux étapes du Tour (2017 et 2021) ou le Tour de Lombardie 2019. "J'ai connu quelques moments forts avec l'équipe. Me battre pour le classement général et terminer 7e du Tour de France 2015 est aussi un beau souvenir, tout comme le Tour 2016, où je luttais pour le podium avant de chuter dans les derniers jours, où le Giro 2019", dit Bauke Mollema, dont le statut a changé avec les années. "Mon rôle a changé ces dernières années et il changera sans doute encore", avance le Groningois. "Je suis arrivé comme coureur de classement, en visant particulièrement le Tour. Après plusieurs années, j'ai commencé à me concentrer sur les courses d'un jour et les étapes dans les grands tours. J'aime ce rôle, et peut-être qu'à ce stade de ma carrière, il me convient un peu mieux que de viser le général", conclut Bauke Mollema, qui a terminé 26e du Giro dimanche. (Belga)