Après un excellent départ (0-9), les jeunes Belges ont vu l'Espagne repasser devant à la suite d'un 11 à 0. Les Espagnoles garderont les commandes jusqu'au bout dans une rencontre serrée. Emmeline Leblon terminera avec 14 points, 6 rebonds et 4 assists. L'Espagne aura tenté de museler Maxuella Lisowa (8 pts) ainsi que les soeurs Massey. Si Becky a mis 8 points, Billie a réussi un nouveau double-double (12 points, 11 rebonds), le 6e sur les 7 matches joués par la Belgique. La finale oppose les Etats-Unis, que les Belges ont failli surprendre en demi-finale samedi, à l'Australie. La génération d'Arvid Diels, le coach malinois de Wavre-Ste Catherine, personnage essentiel dans l'histoire du basket féminin pour le développement de jeunes joueuses, avait été championne d'Europe U18 il y a deux ans à Sopron et espérait obtenir une première médaille au niveau mondial. La génération Meesseman, Delaere, Vanloo, Hanne Mestdagh avait terminé 4e aussi du Mondial U17 en 2010. C'était la 6e fois que la Belgique participait à un championnat du monde, toujours en basket féminin, dont 5 fois chez les jeunes. La Belgique avait pris la 5e place du Mondial U21 en 2007 à Moscou, la 4e donc du Mondial U17 en 2010 à Toulouse, la 7e au Mondial U17 en 2012 à Amsterdam et la 6e du Mondial U19 en 2015 à Chekhov (Moscou). A quatre reprises (sauf à Toulouse 2010 avec Daniel Goethals), c'est Arvid Diels qui a coaché les jeunes générations. Chez les seniors, les Belgian Cats avaient pris la 4e place de la Coupe du monde à Tenerife en Espagne en septembre dernier pour leur première participation. (Belga)

Après un excellent départ (0-9), les jeunes Belges ont vu l'Espagne repasser devant à la suite d'un 11 à 0. Les Espagnoles garderont les commandes jusqu'au bout dans une rencontre serrée. Emmeline Leblon terminera avec 14 points, 6 rebonds et 4 assists. L'Espagne aura tenté de museler Maxuella Lisowa (8 pts) ainsi que les soeurs Massey. Si Becky a mis 8 points, Billie a réussi un nouveau double-double (12 points, 11 rebonds), le 6e sur les 7 matches joués par la Belgique. La finale oppose les Etats-Unis, que les Belges ont failli surprendre en demi-finale samedi, à l'Australie. La génération d'Arvid Diels, le coach malinois de Wavre-Ste Catherine, personnage essentiel dans l'histoire du basket féminin pour le développement de jeunes joueuses, avait été championne d'Europe U18 il y a deux ans à Sopron et espérait obtenir une première médaille au niveau mondial. La génération Meesseman, Delaere, Vanloo, Hanne Mestdagh avait terminé 4e aussi du Mondial U17 en 2010. C'était la 6e fois que la Belgique participait à un championnat du monde, toujours en basket féminin, dont 5 fois chez les jeunes. La Belgique avait pris la 5e place du Mondial U21 en 2007 à Moscou, la 4e donc du Mondial U17 en 2010 à Toulouse, la 7e au Mondial U17 en 2012 à Amsterdam et la 6e du Mondial U19 en 2015 à Chekhov (Moscou). A quatre reprises (sauf à Toulouse 2010 avec Daniel Goethals), c'est Arvid Diels qui a coaché les jeunes générations. Chez les seniors, les Belgian Cats avaient pris la 4e place de la Coupe du monde à Tenerife en Espagne en septembre dernier pour leur première participation. (Belga)