Nouvel entraîneur, nouvelle tactique: Karim Belhocine a aligné Andy Najar et Pieter Gerkens dans l'axe devant une défense à quatre, qui retrouvait Elias Cobbaut absent depuis la mi-août. En voyant Sebastiaan Bornauw bloquer Dimitri Mohamed, le coach intérimaire a peut-être cru que cette option était la bonne (5e). Mais un virevoltant Manuel Benson l'a directement cassée en servant Leye au premier poteau (7e, 1-0).

Alors qu'Anderlecht éprouvait du mal à mettre une attaque sur pied, Mouscron a doublé son avance grâce à un tir de l'extérieur du rectangle de Bakic (15e, 2-0). Sur une perte de balle de Gerkens, le milieu monténégrin a failli encore aggraver les souffrances des Anderlechtois (18e). Enthousiastes, les Hurlus sont restés maîtres du jeu mais ne se sont plus ménagé de grosses occasions. Quant à Anderlecht, il a dû se contenter d'une reprise de la tête de Zakaria Bakkali adroitement sauvée par Jean Butez (23e).

A la reprise, le moteur d'Anderlecht a retrouvé de la puissance. Grâce à un excellent travail préparatoire de Saelemaekers, Gerkens s'est retrouvé en position de tir mais Butez ne s'est pas laissé surprendre et sur la suite, Dimata a frappé à côté (56e). Après qu'Alexandre Boucaut a annulé un but mouscronnois de Leye pour hors-jeu sur intervention du VAR (57e), Belhocine a sorti Saelemaekers et Francis Amuzu pour Edo Kayembe et Jeremy Doku (65e).

Ce double changement a porté Anderlecht vers l'avant et sur un coup franc de Bakkali, Dimata a réduit l'écart (77e, 2-1). La résurrection d'Anderlecht a été de courte durée: sur la gauche, Benson s'est débarrassé de Gerkens avant de servir Leye, qui a tranquillement signé un doublé (81e, 3-1). C'est le cinquième match consécutif sans victoire d'Anderlecht en championnat.