Michy Batshuayi joue peu à Marseille. Comment vit-il la situation ? A-t-il fait le bon choix en signant là-bas ?

José de Médina : "L'OM, ce n'est pas n'importe quoi ! On peut comprendre qu'il ne joue pas beaucoup. Il a devant lui un Gignac qui est en forme olympique, qui connaît le championnat de France et qui est international. C'est de la simple logique sportive. Il a fait un choix et il ne le regrette pas. Mais ce n'était pas le choix que je lui conseillais. J'avais un accord avec Swansea, qui avait un accord avec le Standard. Il a préféré Marseille, notamment pour une question d'affinités avec des gens qui lui conseillaient d'aller là-bas, et le transfert a d'ailleurs été assez compliqué, je parlerais d'un transfert à la hussarde".

Il a pris plusieurs gros coups en quelques mois. Il n'a fini que quatrième au Soulier d'Or, on l'a accusé de ne pas avoir su aider le Standard à être champion, il n'a pas été repris pour la Coupe du Monde, il a perdu son procès contre Christophe Henrotay. Après tout ça, les Français l'ont considéré comme un des meilleurs transferts de l'été. Ce n'était pas trop pour un gamin ?

"Ce qui est intéressant chez lui, c'est qu'il est fort insouciant. Il a la même insouciance dans la vie que sur le terrain. Il a toujours joué sur son talent, sans se poser de questions. Et il ne s'en pose toujours pas aujourd'hui. Evidemment, il a eu des déceptions la saison dernière. Quand il a dû annoncer sa sélection pour le Brésil, Wilmots a préféré prendre Origi. Il a éclaté entre-temps, mais avant ça, Batshuayi aurait pu recevoir sa chance. Il a payé notamment parce qu'il avait eu quelques soucis en Espoirs et parce que certaines infos avaient été mal relayées. Il est bien conscient que pour avoir du temps de jeu, aussi bien à Marseille que chez les Diables, il va devoir se surpasser".

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité de l'interview de José de Médina dans votre Sport/Foot Magazine

Michy Batshuayi joue peu à Marseille. Comment vit-il la situation ? A-t-il fait le bon choix en signant là-bas ?José de Médina : "L'OM, ce n'est pas n'importe quoi ! On peut comprendre qu'il ne joue pas beaucoup. Il a devant lui un Gignac qui est en forme olympique, qui connaît le championnat de France et qui est international. C'est de la simple logique sportive. Il a fait un choix et il ne le regrette pas. Mais ce n'était pas le choix que je lui conseillais. J'avais un accord avec Swansea, qui avait un accord avec le Standard. Il a préféré Marseille, notamment pour une question d'affinités avec des gens qui lui conseillaient d'aller là-bas, et le transfert a d'ailleurs été assez compliqué, je parlerais d'un transfert à la hussarde".Il a pris plusieurs gros coups en quelques mois. Il n'a fini que quatrième au Soulier d'Or, on l'a accusé de ne pas avoir su aider le Standard à être champion, il n'a pas été repris pour la Coupe du Monde, il a perdu son procès contre Christophe Henrotay. Après tout ça, les Français l'ont considéré comme un des meilleurs transferts de l'été. Ce n'était pas trop pour un gamin ?"Ce qui est intéressant chez lui, c'est qu'il est fort insouciant. Il a la même insouciance dans la vie que sur le terrain. Il a toujours joué sur son talent, sans se poser de questions. Et il ne s'en pose toujours pas aujourd'hui. Evidemment, il a eu des déceptions la saison dernière. Quand il a dû annoncer sa sélection pour le Brésil, Wilmots a préféré prendre Origi. Il a éclaté entre-temps, mais avant ça, Batshuayi aurait pu recevoir sa chance. Il a payé notamment parce qu'il avait eu quelques soucis en Espoirs et parce que certaines infos avaient été mal relayées. Il est bien conscient que pour avoir du temps de jeu, aussi bien à Marseille que chez les Diables, il va devoir se surpasser".Par Pierre DanvoyeRetrouvez l'intégralité de l'interview de José de Médina dans votre Sport/Foot Magazine