Comment as-tu vécu ton renvoi des Espoirs ?

Je ne l'ai pas vu comme une punition. Sur ce coup-là, c'est encore moi qui ai été trop gentil. J'ai payé pour d'autres. Mais j'ai l'habitude. J'ai déjà vécu cela.

Payé pour d'autres ? C'est-à-dire ?

La vraie histoire, c'est celle-là. J'ai amené des filles pour d'autres joueurs. Puis, je suis rentré dans ma chambre, seul, pour dormir. Ces joueurs-là se sont faits attraper par le coach avec les filles dans leurs chambres. L'entraîneur est venu frapper à ma porte et il n'a pas cru que je dormais alors qu'il y avait des filles un peu plus loin et qu'il savait que c'était moi qui les avais amenées. J'ai payé pour avoir fait entrer les filles dans l'hôtel.

En as-tu voulu à Johan Walem d'avoir rendu cela public en te renvoyant ?

Oui, un peu. Il avait juré qu'il ne dirait rien et 20 minutes plus tard, les journaux étaient déjà au courant.

Ça t'a donné une mauvaise image...

Franchement, l'image que je renvoie aux gens, je m'en fous mais par contre, ce qui m'a rendu fou, c'est l'image qui parvenait à mon petit frère et à ma mère. Elle a cru que j'étais le garçon décrit par les journaux alors que je ne suis pas comme cela.

Comment était l'ambiance à la maison ?

Mon père et ma mère sont devenus fous. Ils m'ont engueulé. Les copains de mon petit frère lui en ont parlé, lui ont dit que j'avais déconné. J'ai dû lui expliquer au moins trois, quatre fois les choses car lui aussi ne me croyait pas. Heureusement, petit à petit, les vérités sont sorties.

Que vas-tu retenir de cette histoire ?

Je dois faire attention à ce que je fais et surtout ne plus être trop gentil.

Par Stéphane Vande Velde

Comment as-tu vécu ton renvoi des Espoirs ? Je ne l'ai pas vu comme une punition. Sur ce coup-là, c'est encore moi qui ai été trop gentil. J'ai payé pour d'autres. Mais j'ai l'habitude. J'ai déjà vécu cela. Payé pour d'autres ? C'est-à-dire ? La vraie histoire, c'est celle-là. J'ai amené des filles pour d'autres joueurs. Puis, je suis rentré dans ma chambre, seul, pour dormir. Ces joueurs-là se sont faits attraper par le coach avec les filles dans leurs chambres. L'entraîneur est venu frapper à ma porte et il n'a pas cru que je dormais alors qu'il y avait des filles un peu plus loin et qu'il savait que c'était moi qui les avais amenées. J'ai payé pour avoir fait entrer les filles dans l'hôtel. En as-tu voulu à Johan Walem d'avoir rendu cela public en te renvoyant ? Oui, un peu. Il avait juré qu'il ne dirait rien et 20 minutes plus tard, les journaux étaient déjà au courant. Ça t'a donné une mauvaise image...Franchement, l'image que je renvoie aux gens, je m'en fous mais par contre, ce qui m'a rendu fou, c'est l'image qui parvenait à mon petit frère et à ma mère. Elle a cru que j'étais le garçon décrit par les journaux alors que je ne suis pas comme cela. Comment était l'ambiance à la maison ? Mon père et ma mère sont devenus fous. Ils m'ont engueulé. Les copains de mon petit frère lui en ont parlé, lui ont dit que j'avais déconné. J'ai dû lui expliquer au moins trois, quatre fois les choses car lui aussi ne me croyait pas. Heureusement, petit à petit, les vérités sont sorties. Que vas-tu retenir de cette histoire ? Je dois faire attention à ce que je fais et surtout ne plus être trop gentil. Par Stéphane Vande Velde