En octobre dernier, Abdi avait bouclé le marathon de Chicago en 5e position en 2h06:14, améliorant ainsi le record de Belgique de la distance de 49 secondes. Quelques mois plus tôt à Londres (2h07:03), il était parvenu à effacer des tablettes le record de Belgique de Vincent Rousseau, qui résistait depuis 1995 (2h07:20). "C'est une année tout à fait réussie pour moi, 2019 m'a donné la certitude que j'étais un athlète fait pour le marathon. Je suis content que mon corps se soit bien adapté aux entraînements intensifs." Bashir Abdi va désormais pouvoir se concentrer sur son grand objectif: les Jeux Olympiques de Tokyo. "Ma préparation commence la semaine prochaine avec la CrossCup de Roulers. Les cross sont importants pour travailler sur l'endurance et l'élasticité du corps. J'en ai vraiment besoin pour être au top en été. Ensuite, au printemps, j'irai en stage d'altitude en Éthiopie et le 1er mars je disputerai le marathon de Tokyo, une étape importante pour moi. Cette épreuve me permettra de découvrir un peu le Japon et de visiter les endroits où je pourrai réaliser un stage d'altitude un mois avant les Jeux." Abdi ne courra pas le marathon à Tokyo mais bien à Sapporo, où il devrait faire moins chaud. "J'aurais préféré que ça se passe à Tokyo, les sensations ne seront pas les mêmes. Je comprends évidemment le choix du Comité international olympique de protéger les athlètes. J'espère qu'après le marathon je pourrai rejoindre Tokyo pour profiter de la vraie ambiance olympique. J'aimerais voir quelques finales d'athlétisme et supporter les autres Belges." (Belga)