On attendait ce match de pied ferme, même en sachant qu'il s'agissait d'une rencontre de reprise qui arrivait sans doute trop tôt dans la saison (une situation qui ne plaisait d'ailleurs ni à Patrick Wachel ni à Hamide Lamara, respectivement coaches du Sporting et du Standard). Et malgré le côté parfois poussif du choc, quelques tendances se dessinent.

La profondeur du banc anderlechtois

C'est sur un doublé de la solide Mariam Toloba qu'Anderlecht s'est imposé. Une joueuse qui était entrée à la mi-temps à la place de Charlotte Tison, chargée de verrouiller le milieu aux côtés de Kassandra Missipo. C'est à la 56e minute que l'attaquante de bientôt 21 ans (elle les fêtera le 20 septembre prochain) ouvre la marque, bien servie par Jarne Teulings dans la course. Une demi-heure plus tard, elle double la mise sur une nouvelle passe décisive de Teulings, elle aussi entrée après la pause en lieu et place d'Elke Van Gorp.

Autant dire que cette profondeur de banc, qui confirme qu'Anderlecht dispose de l'effectif le plus qualitatif du championnat, risque d'être un atout majeur dans la conquête d'un quatrième titre consécutif. Surtout quand on sait que les noyaux féminins sont bien plus étriqués que du côté masculin (20,2 joueuses en moyenne contre 29,3 éléments chez les hommes en Pro League). Même moins nombreuses (tout comme les rencontres disputées), les solutions n'en restent pas moins intéressantes chez les Mauves.

Entrée gagnante pour Mariam Toloba., BELGA (THIERRY ROGE)
Entrée gagnante pour Mariam Toloba. © BELGA (THIERRY ROGE)

Des solutions multiples devant

On croyait que son retour à Anderlecht coïnciderait avec un repositionnement dans l'axe, son poste préféré. Mais conformément à ce qui s'est passé en préparation, c'est bien sur l'aile que Tessa Wullaert a évolué lors de ce Clasico. C'est Tine De Caigny et son mètre 80 qui occupaient la pointe de l'attaque. Pas une position habituelle pour cette dernière, qui évolue en général un peu plus bas sur le pré.

Et une disposition pas forcément à l'avantage de Wullaert, capitaine des Red Flames (qui ne porte pas le brassard au Sporting, celui-ci est au bras de la défenseuse Laura De Neve), qui n'a pu faire la différence directement ce samedi (pré-assist tout de même sur le deuxième pion). Mais qui prouve la solidité offensive du Sporting, qui a pu laisser Sakina Ouzraoui Diki, également capable d'apporter de jolies choses sur l'aile en cours de match, sur le banc. On n'oublie pas non plus que ni Sarah Wijnants ni l'avant-centre Amber Maximus, blessée, ne figurait sur la feuille de match. Profondeur de banc, écrivait-on plus haut, donc...

Dotée d'une belle technique, c'est surtout la vision du jeu de Jarne Teulings qui impressionne, a fortiori quand on sait qu'elle n'a que 18 ans.

Jarne Teulings, un talent à suivre

Elle n'a que 18 ans, mais Anderlecht a tenu à l'arracher à Genk durant l'été. Il y a quelques semaines, on revenait sur le gros mercato réalisé par le club mauve, en citant l'attaquante, qui a livré une très belle deuxième mi-temps, délivrant notamment deux passes décisives à Toloba. Dotée d'une belle technique, c'est surtout sa vision du jeu, idéale dans la position de numéro 10 qu'elle a occupée face au Standard, qui impressionne, a fortiori quand on connaît son âge.

Internationale espoir, elle a déjà été appelée pour des entraînements avec les Red Flames. Un groupe où elle ne devrait pas tarder à se faire une place, histoire de prendre un peu plus de planche physiquement au contact des meilleures joueuses belges. Dès septembre, à l'occasion des qualifs pour l'EURO contre la Roumanie ?

Le Standard s'est montré trop timide face à Anderlecht., BELGA (THIERRY ROGE)
Le Standard s'est montré trop timide face à Anderlecht. © BELGA (THIERRY ROGE)

Le Standard dangereux sur phase arrêtée

Les Rouches ont été globalement dominées (surtout en seconde période), ne parvenant pas à se montrer décisives malgré un triangle offensif de qualité (Noémie Gelders - Sanne Schoenmakers - Davinia Vanmechelen). C'est sur phase arrêtée que les Liégeoises ont amené le plus de danger, en deuxième mi-temps, sur deux coups de coin consécutifs qui ont donné quelques frayeurs à Justien Odeurs, la gardienne anderlechtoise (77e). Plus tôt dans la rencontre, un coup franc flottant de Gelders avait constitué l'une des seules occases des 45 premières minutes. Dans l'ensemble, les Standardwomen n'ont quand même pas réussi à suffisamment mettre le nez à la fenêtre pour réellement inquiéter les triple tenantes du titre.

On attendait ce match de pied ferme, même en sachant qu'il s'agissait d'une rencontre de reprise qui arrivait sans doute trop tôt dans la saison (une situation qui ne plaisait d'ailleurs ni à Patrick Wachel ni à Hamide Lamara, respectivement coaches du Sporting et du Standard). Et malgré le côté parfois poussif du choc, quelques tendances se dessinent.C'est sur un doublé de la solide Mariam Toloba qu'Anderlecht s'est imposé. Une joueuse qui était entrée à la mi-temps à la place de Charlotte Tison, chargée de verrouiller le milieu aux côtés de Kassandra Missipo. C'est à la 56e minute que l'attaquante de bientôt 21 ans (elle les fêtera le 20 septembre prochain) ouvre la marque, bien servie par Jarne Teulings dans la course. Une demi-heure plus tard, elle double la mise sur une nouvelle passe décisive de Teulings, elle aussi entrée après la pause en lieu et place d'Elke Van Gorp.Autant dire que cette profondeur de banc, qui confirme qu'Anderlecht dispose de l'effectif le plus qualitatif du championnat, risque d'être un atout majeur dans la conquête d'un quatrième titre consécutif. Surtout quand on sait que les noyaux féminins sont bien plus étriqués que du côté masculin (20,2 joueuses en moyenne contre 29,3 éléments chez les hommes en Pro League). Même moins nombreuses (tout comme les rencontres disputées), les solutions n'en restent pas moins intéressantes chez les Mauves.On croyait que son retour à Anderlecht coïnciderait avec un repositionnement dans l'axe, son poste préféré. Mais conformément à ce qui s'est passé en préparation, c'est bien sur l'aile que Tessa Wullaert a évolué lors de ce Clasico. C'est Tine De Caigny et son mètre 80 qui occupaient la pointe de l'attaque. Pas une position habituelle pour cette dernière, qui évolue en général un peu plus bas sur le pré.Et une disposition pas forcément à l'avantage de Wullaert, capitaine des Red Flames (qui ne porte pas le brassard au Sporting, celui-ci est au bras de la défenseuse Laura De Neve), qui n'a pu faire la différence directement ce samedi (pré-assist tout de même sur le deuxième pion). Mais qui prouve la solidité offensive du Sporting, qui a pu laisser Sakina Ouzraoui Diki, également capable d'apporter de jolies choses sur l'aile en cours de match, sur le banc. On n'oublie pas non plus que ni Sarah Wijnants ni l'avant-centre Amber Maximus, blessée, ne figurait sur la feuille de match. Profondeur de banc, écrivait-on plus haut, donc...Elle n'a que 18 ans, mais Anderlecht a tenu à l'arracher à Genk durant l'été. Il y a quelques semaines, on revenait sur le gros mercato réalisé par le club mauve, en citant l'attaquante, qui a livré une très belle deuxième mi-temps, délivrant notamment deux passes décisives à Toloba. Dotée d'une belle technique, c'est surtout sa vision du jeu, idéale dans la position de numéro 10 qu'elle a occupée face au Standard, qui impressionne, a fortiori quand on connaît son âge. Internationale espoir, elle a déjà été appelée pour des entraînements avec les Red Flames. Un groupe où elle ne devrait pas tarder à se faire une place, histoire de prendre un peu plus de planche physiquement au contact des meilleures joueuses belges. Dès septembre, à l'occasion des qualifs pour l'EURO contre la Roumanie ?Les Rouches ont été globalement dominées (surtout en seconde période), ne parvenant pas à se montrer décisives malgré un triangle offensif de qualité (Noémie Gelders - Sanne Schoenmakers - Davinia Vanmechelen). C'est sur phase arrêtée que les Liégeoises ont amené le plus de danger, en deuxième mi-temps, sur deux coups de coin consécutifs qui ont donné quelques frayeurs à Justien Odeurs, la gardienne anderlechtoise (77e). Plus tôt dans la rencontre, un coup franc flottant de Gelders avait constitué l'une des seules occases des 45 premières minutes. Dans l'ensemble, les Standardwomen n'ont quand même pas réussi à suffisamment mettre le nez à la fenêtre pour réellement inquiéter les triple tenantes du titre.