Le transfert de Bakkali de Bruxelles à Anvers s'est accéléré dans les dernières heures du mercato hivernal. "Il y avait plusieurs options mais mon entourage et moi avons estimé que le Beerschot était la meilleure solution", a déclaré celui qui n'a débuté que deux rencontres cette saison avec le RSCA.

"C'est un bon club et mon père a habité dans le coin, à Hoboken. L'entraîneur m'a expliqué les plans sportifs qu'il a pour moi et ils sont intéressants. Mais dans le football, il n'y a pas de garanties, c'est à moi de me montrer."

Bakkali n'a pas voulu s'étendre sur son séjour à Anderlecht. "Je regarde uniquement le futur, je suis à 100 pour cent motivé à l'idée de jouer pour le Beerschot. J'ai subi beaucoup de blessures mais il n'est jamais trop tard. Je reste positif. Vincent Kompany m'a souhaité bonne chance. Il est persuadé que je peux encore retrouver mon meilleur niveau."

Deux fois international avec la Belgique, Bakkali s'est dit débarrassé de toute blessure mais en manque de rythme et de forme.

Bakkali, arrivé à Anderlecht en juillet 2018, s'était révélé très jeune au PSV en 2013. Le Belgo-marocain a été appelé dans la foulée, à 17 ans et 8 mois à peine, en sélection chez les Diables Rouges par Marc Wilmots. Mais il n'a jamais confirmé par la suite. Après son transfert à l'été 2015 à Valence, qui l'a prêté deux saisons plus tard à La Corogne, le temps d'une campagne, il n'a plus joué qu'épisodiquement.

Le transfert de Bakkali de Bruxelles à Anvers s'est accéléré dans les dernières heures du mercato hivernal. "Il y avait plusieurs options mais mon entourage et moi avons estimé que le Beerschot était la meilleure solution", a déclaré celui qui n'a débuté que deux rencontres cette saison avec le RSCA. "C'est un bon club et mon père a habité dans le coin, à Hoboken. L'entraîneur m'a expliqué les plans sportifs qu'il a pour moi et ils sont intéressants. Mais dans le football, il n'y a pas de garanties, c'est à moi de me montrer." Bakkali n'a pas voulu s'étendre sur son séjour à Anderlecht. "Je regarde uniquement le futur, je suis à 100 pour cent motivé à l'idée de jouer pour le Beerschot. J'ai subi beaucoup de blessures mais il n'est jamais trop tard. Je reste positif. Vincent Kompany m'a souhaité bonne chance. Il est persuadé que je peux encore retrouver mon meilleur niveau." Deux fois international avec la Belgique, Bakkali s'est dit débarrassé de toute blessure mais en manque de rythme et de forme. Bakkali, arrivé à Anderlecht en juillet 2018, s'était révélé très jeune au PSV en 2013. Le Belgo-marocain a été appelé dans la foulée, à 17 ans et 8 mois à peine, en sélection chez les Diables Rouges par Marc Wilmots. Mais il n'a jamais confirmé par la suite. Après son transfert à l'été 2015 à Valence, qui l'a prêté deux saisons plus tard à La Corogne, le temps d'une campagne, il n'a plus joué qu'épisodiquement.