Beni Badibanga : "L'artiste du Freethiel, moi ? ( il sourit) Je fais de mon mieux. Maintenant, il faut que ça se concrétise par des statistiques car faire des beaux mouvements, c'est bien mais ce sont les chiffres qui comptent. Beaucoup de jeunes de ma génération ont le même problème : ils préfèrent le beau geste au rendement. Il faut dire que l'équipe manque trop d'occasions. Si j'analyse chacun de nos matches, je constate que j'ai délivré des bons centres mais que nous ne marquons pas facilement. Avec mon style de jeu, je dépends trop des autres. Normalement, ça devrait être l'inverse. Il faut que le déclic se produise. Je dois marquer plus aussi. Je tire très peu au but. Les joueurs importants doivent être décisifs et si je ne tire pas au but, ça n'arrivera jamais. Je pense que je dois aller plus souvent à l'essentiel. Mon rôle, c'est de forcer les choses. Ceci étant dit, c'est la première saison où je joue beaucoup. Mais je ne peux plus me réfugier derrière mon jeune âge. Je n'ai que 23 ans mais je suis pro depuis l'âge de 17 ou 18 ans."

Retrouvez l'intégralité du témoignage de Beni Badibanga dans votre Sport/Foot Magazine

Beni Badibanga : "L'artiste du Freethiel, moi ? ( il sourit) Je fais de mon mieux. Maintenant, il faut que ça se concrétise par des statistiques car faire des beaux mouvements, c'est bien mais ce sont les chiffres qui comptent. Beaucoup de jeunes de ma génération ont le même problème : ils préfèrent le beau geste au rendement. Il faut dire que l'équipe manque trop d'occasions. Si j'analyse chacun de nos matches, je constate que j'ai délivré des bons centres mais que nous ne marquons pas facilement. Avec mon style de jeu, je dépends trop des autres. Normalement, ça devrait être l'inverse. Il faut que le déclic se produise. Je dois marquer plus aussi. Je tire très peu au but. Les joueurs importants doivent être décisifs et si je ne tire pas au but, ça n'arrivera jamais. Je pense que je dois aller plus souvent à l'essentiel. Mon rôle, c'est de forcer les choses. Ceci étant dit, c'est la première saison où je joue beaucoup. Mais je ne peux plus me réfugier derrière mon jeune âge. Je n'ai que 23 ans mais je suis pro depuis l'âge de 17 ou 18 ans." Retrouvez l'intégralité du témoignage de Beni Badibanga dans votre Sport/Foot Magazine