Taiwo Awoniyi à propos...

...de son échec à La Gantoise : "Gand est un endroit magnifique, avec un club magnifique. Mais peut-être que j'étais au bon endroit, au mauvais moment. D'abord, il faut regarder l'équipe quand je suis arrivé. Il y avait beaucoup de nouveaux joueurs. Il faut aussi analyser la situation du club : on ne gagnait pas de matches. Un coach a été licencié, un autre l'a remplacé, avec une nouvelle philosophie, un nouveau style, dont je ne faisais pas vraiment partie. Je suis entré, parfois : 5, 10 ou 20 minutes. C'est vrai que j'aurais pu faire la différence. Je ne l'ai pas fait, mais ce que je veux dire, c'est que le club dans son ensemble n'était pas dans la meilleure des situations. J'ai tout fait pour réussir à Gand. Je peux me lever et le dire à qui tu veux. Je dois aussi être honnête avec moi-même. J'ai fait de mon mieux, mais je n'ai pas réussi."

...de Bernd Storck : "Quand on regarde le coach et son équipe, on voit qu'elle est prête, structurée. Il a sa propre philosophie et il organise son équipe autour d'elle. La plupart des gens parlent de Mouscron comme d'un petit club mais ils ne le voient pas de l'intérieur. Ce coach sait comment gérer ses joueurs."

...de son rapport à la religion : "Mon père fréquentait une église où il y a un hôpital, qui fonctionne comme tel, avec des infirmières. Quand ma mère était prête à accoucher, il l'a amenée dans cette église. C'est comme ça que je suis né et cela explique beaucoup de choses. Pour ma famille et moi, la religion est au-dessus de tout. C'est aussi simple que ça : lire la Bible, comprendre ses mots et réaliser que c'est ce que l'on croit."

Par Nicolas Taiana

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Taiwo Awoniyi dans votre Sport/Foot Magazine