Il n'a inscrit que trois buts avant le Nouvel-An mais désormais, Felipe Avenatti en est à douze unités. "Yves Vanderhaeghe a réussi à le motiver", explique Federico Avellino, le représentant en Belgique de l'agent sud-américain Daniel Delgado. "Felipe est un garçon bien élevé, issu d'une famille d'universitaires. Il attache beaucoup d'importance au respect. Il est très intelligent. Il a besoin d'une approche particulière. Il rêve de l'Angleterre mais à l'issue du premier tour, je lui ai dit qu'il devait se montrer davantage pour cela."

Après le match de Courtrai à Sclessin en janvier, le Standard s'est manifesté, imité par Anderlecht. Les Rouches voulaient reprendre la location mais n'ont pas trouvé d'accord avec Courtrai. "Felipe a immédiatement tourné la page, il s'est concentré sur Courtrai et y est devenu très important. Je trouve logique que presque tout le top six s'intéresse à lui, compte tenu de son profil et de ses buts. Il mesure 1m96 et possède un excellent bagage technique. Tout le monde cherche ce type d'avant."

Avellino ne trouve donc pas excessive la somme de sept millions. "Ça n'est certainement pas trop quand je vois qu'en Belgique, on dépense huit millions pour un défenseur central (Bubacarr Sanneh d'Anderlecht, ndlr). En même temps, je suis conscient que seuls le Club Bruges et Anderlecht puissent payer autant. Ce n'est pas un problème pour les quelques clubs de Bundesliga qui s'intéressent à lui ni pour les meilleurs de Championship. N'oubliez pas que Felipe possède aussi un passeport italien et qu'il peut donc accéder à l'antichambre du football anglais."

Alors qu'en été, Avenatti, qui aura 26 ans vendredi, n'a déniché que Courtrai. "Je l'avais présenté à deux grands clubs belges. L'un d'eux était le Standard. Olivier Renard le connaissait et le voulait mais le transfert ne s'est finalement pas concrétisé et l'autre club ne le jugeait pas suffisamment bon."

Par Christian Vandenabeele

Il n'a inscrit que trois buts avant le Nouvel-An mais désormais, Felipe Avenatti en est à douze unités. "Yves Vanderhaeghe a réussi à le motiver", explique Federico Avellino, le représentant en Belgique de l'agent sud-américain Daniel Delgado. "Felipe est un garçon bien élevé, issu d'une famille d'universitaires. Il attache beaucoup d'importance au respect. Il est très intelligent. Il a besoin d'une approche particulière. Il rêve de l'Angleterre mais à l'issue du premier tour, je lui ai dit qu'il devait se montrer davantage pour cela." Après le match de Courtrai à Sclessin en janvier, le Standard s'est manifesté, imité par Anderlecht. Les Rouches voulaient reprendre la location mais n'ont pas trouvé d'accord avec Courtrai. "Felipe a immédiatement tourné la page, il s'est concentré sur Courtrai et y est devenu très important. Je trouve logique que presque tout le top six s'intéresse à lui, compte tenu de son profil et de ses buts. Il mesure 1m96 et possède un excellent bagage technique. Tout le monde cherche ce type d'avant." Avellino ne trouve donc pas excessive la somme de sept millions. "Ça n'est certainement pas trop quand je vois qu'en Belgique, on dépense huit millions pour un défenseur central (Bubacarr Sanneh d'Anderlecht, ndlr). En même temps, je suis conscient que seuls le Club Bruges et Anderlecht puissent payer autant. Ce n'est pas un problème pour les quelques clubs de Bundesliga qui s'intéressent à lui ni pour les meilleurs de Championship. N'oubliez pas que Felipe possède aussi un passeport italien et qu'il peut donc accéder à l'antichambre du football anglais." Alors qu'en été, Avenatti, qui aura 26 ans vendredi, n'a déniché que Courtrai. "Je l'avais présenté à deux grands clubs belges. L'un d'eux était le Standard. Olivier Renard le connaissait et le voulait mais le transfert ne s'est finalement pas concrétisé et l'autre club ne le jugeait pas suffisamment bon."Par Christian Vandenabeele