Claude Leroy est l'actuel sélectionneur de la République Démocratique du Congo. Il est également celui qui offrit à Mbokani sa première sélection chez les Léopards alors qu'il évoluait encore dans un petit club congolais (Bel Or).

"J'ai une passion pour les attaquants ce qui explique pourquoi j'ai lancé la carrière d'éléments comme George Weah ou François Omam-Biyik. Dieu appartient à cette catégorie d'attaquants. Il est un des attaquants les plus doués en Europe. Il peut vous rater des occasions mais ça veut dire qu'il s'en créé. Il a la technique efficace, il va vite, il est puissant et il est courageux sur un terrain. Ses qualités peuvent l'amener dans n'importe quel championnat. Ils sont rares les avants aussi complets et avec autant de qualités. Le lendemain de l'élimination du Barça par Chelsea, j'ai dit à mon adjoint qu'avec Mbokani les Blaugranas n'auraient jamais été éliminés.

Son caractère ? En France, on l'a catalogué comme un joueur difficile de façon bien trop hâtive. Emettre un jugement de valeur sur une ou deux conneries, c'est ridicule. Pour ma part, j'estime que c'est quelqu'un de très facile à diriger. S'il est très vite devenu une vedette, il avait besoin d'être éduqué. Il est relativement timide : on voit qu'il manque de confiance mais il faut aussi savoir d'où il vient et les circonstances dans lesquelles il a grandi. C'était en pleine période de guerre civile : elle a fait des dégâts énormes. Cette saison, il a traversé une nouvelle épreuve douloureuse avec la perte de son fils mais il a su la traverser grâce à son entourage familial et sportif. On sent qu'il est heureux à Bruxelles, c'est en tout cas le sentiment que j'ai eu après avoir déjeuner avec lui récemment. Il m'a semblé avoir muri."

Retrouvez l'intégralité de l'analyse consacrée à Dieumerci Mbokani dans le Sport/Foot Magazine de cette semaine. Thomas Bricmont et Bruno Govers, Sport/Foot Magazine

Claude Leroy est l'actuel sélectionneur de la République Démocratique du Congo. Il est également celui qui offrit à Mbokani sa première sélection chez les Léopards alors qu'il évoluait encore dans un petit club congolais (Bel Or). "J'ai une passion pour les attaquants ce qui explique pourquoi j'ai lancé la carrière d'éléments comme George Weah ou François Omam-Biyik. Dieu appartient à cette catégorie d'attaquants. Il est un des attaquants les plus doués en Europe. Il peut vous rater des occasions mais ça veut dire qu'il s'en créé. Il a la technique efficace, il va vite, il est puissant et il est courageux sur un terrain. Ses qualités peuvent l'amener dans n'importe quel championnat. Ils sont rares les avants aussi complets et avec autant de qualités. Le lendemain de l'élimination du Barça par Chelsea, j'ai dit à mon adjoint qu'avec Mbokani les Blaugranas n'auraient jamais été éliminés. Son caractère ? En France, on l'a catalogué comme un joueur difficile de façon bien trop hâtive. Emettre un jugement de valeur sur une ou deux conneries, c'est ridicule. Pour ma part, j'estime que c'est quelqu'un de très facile à diriger. S'il est très vite devenu une vedette, il avait besoin d'être éduqué. Il est relativement timide : on voit qu'il manque de confiance mais il faut aussi savoir d'où il vient et les circonstances dans lesquelles il a grandi. C'était en pleine période de guerre civile : elle a fait des dégâts énormes. Cette saison, il a traversé une nouvelle épreuve douloureuse avec la perte de son fils mais il a su la traverser grâce à son entourage familial et sportif. On sent qu'il est heureux à Bruxelles, c'est en tout cas le sentiment que j'ai eu après avoir déjeuner avec lui récemment. Il m'a semblé avoir muri." Retrouvez l'intégralité de l'analyse consacrée à Dieumerci Mbokani dans le Sport/Foot Magazine de cette semaine. Thomas Bricmont et Bruno Govers, Sport/Foot Magazine