La Campinoise a encore progressé depuis. En novembre, elle devenait la première Belge à monter sur le podium d'un Grand Prix en décrochant le bronze à Turin. Et elle vient de terminer 4e de l'Euro de Tallinn, derrière les favorites russes. "On savait avant l'Euro qu'il y aurait un fossé avec les Russes, mais je peux être fière d'en avoir laissé deux derrière moi dans le programme court. Cela m'a donné beaucoup de confiance, que je veux emmener à Pékin. Aux Jeux, le plus important pour moi sera de faire un beau programme libre. Mes programmes libres sont maintenant au point techniquement, il y a peut-être quelques finitions à apporter dans la chorégraphie". Après l'Euro, Loena Hendrickx a passé un scanner pour vérifier l'état de son dos. "Le scanner n'a rien détecté de grave, juste une inflammation des vertèbres. Mais je peux continuer à m'entraîner, même si je dois lutter contre la douleur". A 22 ans, Loena Hendrickx va vire ses deuxièmes Jeux après les JO 2018 où elle avait pris la 16e place. "Cette expérience m'a aidée à gérer la longue période de temps avant la compétition. En Corée du Sud, c'était la première fois que je vivais cela. Maintenant, j'y suis mentalement préparée", dit la native de Turnhout, qui serait honorée d'être porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture. "Mais je ne vais certainement pas réclamer d'être porte-drapeau. L'honneur est plus grand si on nous le demande. On verra". (Belga)

La Campinoise a encore progressé depuis. En novembre, elle devenait la première Belge à monter sur le podium d'un Grand Prix en décrochant le bronze à Turin. Et elle vient de terminer 4e de l'Euro de Tallinn, derrière les favorites russes. "On savait avant l'Euro qu'il y aurait un fossé avec les Russes, mais je peux être fière d'en avoir laissé deux derrière moi dans le programme court. Cela m'a donné beaucoup de confiance, que je veux emmener à Pékin. Aux Jeux, le plus important pour moi sera de faire un beau programme libre. Mes programmes libres sont maintenant au point techniquement, il y a peut-être quelques finitions à apporter dans la chorégraphie". Après l'Euro, Loena Hendrickx a passé un scanner pour vérifier l'état de son dos. "Le scanner n'a rien détecté de grave, juste une inflammation des vertèbres. Mais je peux continuer à m'entraîner, même si je dois lutter contre la douleur". A 22 ans, Loena Hendrickx va vire ses deuxièmes Jeux après les JO 2018 où elle avait pris la 16e place. "Cette expérience m'a aidée à gérer la longue période de temps avant la compétition. En Corée du Sud, c'était la première fois que je vivais cela. Maintenant, j'y suis mentalement préparée", dit la native de Turnhout, qui serait honorée d'être porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture. "Mais je ne vais certainement pas réclamer d'être porte-drapeau. L'honneur est plus grand si on nous le demande. On verra". (Belga)