"Je suis très contente", a-t-elle confié. "C'est la première fois que je me retrouve à ce stade à l'Australian Open. Et cela malgré des circonstances très difficiles. Je suis en effet ici sans coach après m'être séparée de Didier Jacquet, la semaine dernière à Auckland. Je n'ai pas trop envie de rentrer dans les détails, mais disons que nous n'avions plus la même vision. Alors que j'avais mis des tas de choses en place pour bien entamer la saison, j'ai retrouvé en tournoi une personne complètement différente de l'entraînement. Heureusement, j'ai pu compter sur l'aide de Steve Darcis, qui m'a prêté son coach, Yannis Demeroutis. Je n'avais pas fait un bon premier match, car j'étais fort stressée, mais là j'ai réussi à me libérer et j'ai nettement mieux joué." La gauchère de Stavelot n'est encore jamais parvenue à se qualifier pour le tableau final d'une levée du Grand Chelem en simple et espère vaincre le signe indien contre la Néerlandaise Richel Hoogenkamp (WTA 168), 26 ans. "On se connaît très bien. Je l'avais battue l'an dernier 6-4 au troisième set en qualifs à Auckland", a-t-elle poursuivi. "C'est une joueuse qui a beaucoup d'expérience. Elle a déjà été dans le Top 100 et s'est déjà qualifiée pour des tournois du Grand Chelem. Elle défend très bien et chipote beaucoup comme l'on dit. Je devrai être très solide dans ma tête et dans mon jeu. J'ai déjà été au troisième tour des qualifications à deux reprises, à l'US Open, il y a trois ans, et à Roland Garros l'année dernière, mais j'avais chaque fois perdu. Je vais m'accrocher, car je ne veux plus trébucher sur la dernière marche", a-t-elle conclu. (Belga)

"Je suis très contente", a-t-elle confié. "C'est la première fois que je me retrouve à ce stade à l'Australian Open. Et cela malgré des circonstances très difficiles. Je suis en effet ici sans coach après m'être séparée de Didier Jacquet, la semaine dernière à Auckland. Je n'ai pas trop envie de rentrer dans les détails, mais disons que nous n'avions plus la même vision. Alors que j'avais mis des tas de choses en place pour bien entamer la saison, j'ai retrouvé en tournoi une personne complètement différente de l'entraînement. Heureusement, j'ai pu compter sur l'aide de Steve Darcis, qui m'a prêté son coach, Yannis Demeroutis. Je n'avais pas fait un bon premier match, car j'étais fort stressée, mais là j'ai réussi à me libérer et j'ai nettement mieux joué." La gauchère de Stavelot n'est encore jamais parvenue à se qualifier pour le tableau final d'une levée du Grand Chelem en simple et espère vaincre le signe indien contre la Néerlandaise Richel Hoogenkamp (WTA 168), 26 ans. "On se connaît très bien. Je l'avais battue l'an dernier 6-4 au troisième set en qualifs à Auckland", a-t-elle poursuivi. "C'est une joueuse qui a beaucoup d'expérience. Elle a déjà été dans le Top 100 et s'est déjà qualifiée pour des tournois du Grand Chelem. Elle défend très bien et chipote beaucoup comme l'on dit. Je devrai être très solide dans ma tête et dans mon jeu. J'ai déjà été au troisième tour des qualifications à deux reprises, à l'US Open, il y a trois ans, et à Roland Garros l'année dernière, mais j'avais chaque fois perdu. Je vais m'accrocher, car je ne veux plus trébucher sur la dernière marche", a-t-elle conclu. (Belga)