"Nous avons tout gardé sous contrôle du début à la fin, et après cette journée de repos j'avais de bonnes jambes. Je suis content de garder le maillot jaune avant les deux étapes de montagne les plus dures de ce Tour. Kämna l'a presque pris aujourd'hui/mardi, je pense que ç'aurait été sympa pour lui. Cela n'aurait pas été un drame s'il l'avait eu mais, dans la montée finale, plusieurs équipes ont accéléré pour être en bonne position et c'est cela qui a fait la différence", a précisé Tadej Pogacar. Le maillot jaune va désormais s'attaquer au plat de résistance dans les Alpes avec d'abord mercredi l'arrivée au Col du Granon Serre Chevalier (11,3 km à 9,2%) et puis jeudi avec l'arrivée à l'Alpe d'Huez (13,8 km à 8,1%). Ce sera sans son équipier George Bennett, déjà non partant lors de la 10e étape après un test positif au Covid alors que son autre équipier Vegard Stake Laengen avait déjà dû renoncer pour la même raison plus tôt dans le Tour. "Ce n'est jamais bon de perdre un coéquipier et je suis triste du départ de George (Bennett). En tant qu'équipe, nous prenons toutes les précautions possibles, nous ne sommes qu'un par chambre. Mais, dans le Tour, nous sommes nécessairement en contact avec beaucoup de gens. C'est juste de la malchance!", a relativisté Tadej Pogacar. (Belga)

"Nous avons tout gardé sous contrôle du début à la fin, et après cette journée de repos j'avais de bonnes jambes. Je suis content de garder le maillot jaune avant les deux étapes de montagne les plus dures de ce Tour. Kämna l'a presque pris aujourd'hui/mardi, je pense que ç'aurait été sympa pour lui. Cela n'aurait pas été un drame s'il l'avait eu mais, dans la montée finale, plusieurs équipes ont accéléré pour être en bonne position et c'est cela qui a fait la différence", a précisé Tadej Pogacar. Le maillot jaune va désormais s'attaquer au plat de résistance dans les Alpes avec d'abord mercredi l'arrivée au Col du Granon Serre Chevalier (11,3 km à 9,2%) et puis jeudi avec l'arrivée à l'Alpe d'Huez (13,8 km à 8,1%). Ce sera sans son équipier George Bennett, déjà non partant lors de la 10e étape après un test positif au Covid alors que son autre équipier Vegard Stake Laengen avait déjà dû renoncer pour la même raison plus tôt dans le Tour. "Ce n'est jamais bon de perdre un coéquipier et je suis triste du départ de George (Bennett). En tant qu'équipe, nous prenons toutes les précautions possibles, nous ne sommes qu'un par chambre. Mais, dans le Tour, nous sommes nécessairement en contact avec beaucoup de gens. C'est juste de la malchance!", a relativisté Tadej Pogacar. (Belga)