Premier constructeur automobile mondial en 2020, Toyota fait partie des partenaires majeurs du mouvement olympique, engagés sur plusieurs JO et qui ont contribué à hauteur de 500 millions de dollars au total pour les Jeux de Tokyo. Mais ces JO sont mal acceptés par une grande partie de la population japonaise du fait de la persistance de la pandémie, et l'évènement se déroulera presque entièrement à huis clos alors que les cas de Covid-19 augmentent de nouveau dans la capitale. "Les responsables de Toyota n'assisteront pas à la cérémonie d'ouverture, et la raison principale en est qu'il n'y aura pas de spectateurs", a déclaré à l'AFP une porte-parole de Toyota. Selon des médias japonais, moins de 1.000 responsables olympiques et personnalités, y compris des représentants de sponsors, seront autorisés à assister à la cérémonie. La porte-parole de Toyota a cependant démenti des informations de plusieurs médias locaux selon lesquelles le constructeur aurait annulé ses projets de diffusion de publicités télévisées liées aux Jeux olympiques au Japon. Car "dès le début il n'a jamais été question de diffuser des publicités liées aux Jeux olympiques (...) au Japon", a-t-elle affirmé à l'AFP. Outre les sponsors principaux du mouvement olympique dont fait partie Toyota (ainsi que deux autres groupes japonais, Panasonic et Bridgestone), une soixantaine d'autres sociétés nippones avaient investi 3,3 milliards de dollars (environ 2,8 mds EUR) dans les JO-2020, une somme record. Leurs espoirs de retombées positives ont été quelque peu douchés par l'interdiction des spectateurs, même si les sponsors peuvent toujours compter sur une exposition internationale via la télévision et le streaming. Plus tôt dans la journée de lundi, le directeur de la communication de Toyota, Jun Nagata, avait aussi déclaré à la presse que le maintien des Jeux olympiques de Tokyo était devenu quelque chose de "difficile à comprendre" pour la population japonaise. Une flambée d'infections liées aux JO est redoutée, alors que des premiers cas de Covid-19 parmi des sportifs ont été signalés ce week-end au Village olympique. Au moins 58 cas concernant des personnes impliquées dans les Jeux ont été recensés au Japon depuis le 1er juillet. (Belga)

Premier constructeur automobile mondial en 2020, Toyota fait partie des partenaires majeurs du mouvement olympique, engagés sur plusieurs JO et qui ont contribué à hauteur de 500 millions de dollars au total pour les Jeux de Tokyo. Mais ces JO sont mal acceptés par une grande partie de la population japonaise du fait de la persistance de la pandémie, et l'évènement se déroulera presque entièrement à huis clos alors que les cas de Covid-19 augmentent de nouveau dans la capitale. "Les responsables de Toyota n'assisteront pas à la cérémonie d'ouverture, et la raison principale en est qu'il n'y aura pas de spectateurs", a déclaré à l'AFP une porte-parole de Toyota. Selon des médias japonais, moins de 1.000 responsables olympiques et personnalités, y compris des représentants de sponsors, seront autorisés à assister à la cérémonie. La porte-parole de Toyota a cependant démenti des informations de plusieurs médias locaux selon lesquelles le constructeur aurait annulé ses projets de diffusion de publicités télévisées liées aux Jeux olympiques au Japon. Car "dès le début il n'a jamais été question de diffuser des publicités liées aux Jeux olympiques (...) au Japon", a-t-elle affirmé à l'AFP. Outre les sponsors principaux du mouvement olympique dont fait partie Toyota (ainsi que deux autres groupes japonais, Panasonic et Bridgestone), une soixantaine d'autres sociétés nippones avaient investi 3,3 milliards de dollars (environ 2,8 mds EUR) dans les JO-2020, une somme record. Leurs espoirs de retombées positives ont été quelque peu douchés par l'interdiction des spectateurs, même si les sponsors peuvent toujours compter sur une exposition internationale via la télévision et le streaming. Plus tôt dans la journée de lundi, le directeur de la communication de Toyota, Jun Nagata, avait aussi déclaré à la presse que le maintien des Jeux olympiques de Tokyo était devenu quelque chose de "difficile à comprendre" pour la population japonaise. Une flambée d'infections liées aux JO est redoutée, alors que des premiers cas de Covid-19 parmi des sportifs ont été signalés ce week-end au Village olympique. Au moins 58 cas concernant des personnes impliquées dans les Jeux ont été recensés au Japon depuis le 1er juillet. (Belga)