"Je ne me souvenais pas d'une brouille avec David", a déclaré mercredi le Roumain en feignant la perte de mémoire. "Mais de toute façon les situations ne sont pas comparables. A Gand, la concurrence était trop forte, et c'était donc mieux pour lui de rebondir ailleurs. Il n'est pas fait pour s'asseoir sur le banc ou en tribune. Je lui avais à l'époque exposé la situation en face, et je pense qu'il l'avait comprise. Ici c'est bien sûr différent. Il est à la fois le capitaine et un maillon essentiel de l'équipe, voire du club. Je compte évidemment sur lui-même si comme les autres, il va devoir me prouver sur le terrain qu'il a sa place. Parce que tout le monde repart à zéro et donc à égalité à mes yeux. J'ai rappelé aux joueurs qu'il y a onze postes à prendre sur le terrain et six places sur le banc. Les autres en tribune. Je n'y peux rien, c'est comme ça. Je dois donc faire des choix, les meilleurs possibles en fonction de ce que les joueurs me montrent à l'entraînement et en match. Je le leur ai dit, y compris à Hubert lors d'un entretien plus particulier. Mais il n'y a aucun problème entre nous, et ce n'est de toute façon pas le moment de se quereller. Je prendrai ceux dont je pense avoir besoin pour gagner sans aucun état d'âme...", a conclu Rednic sur le sujet.

"Je ne me souvenais pas d'une brouille avec David", a déclaré mercredi le Roumain en feignant la perte de mémoire. "Mais de toute façon les situations ne sont pas comparables. A Gand, la concurrence était trop forte, et c'était donc mieux pour lui de rebondir ailleurs. Il n'est pas fait pour s'asseoir sur le banc ou en tribune. Je lui avais à l'époque exposé la situation en face, et je pense qu'il l'avait comprise. Ici c'est bien sûr différent. Il est à la fois le capitaine et un maillon essentiel de l'équipe, voire du club. Je compte évidemment sur lui-même si comme les autres, il va devoir me prouver sur le terrain qu'il a sa place. Parce que tout le monde repart à zéro et donc à égalité à mes yeux. J'ai rappelé aux joueurs qu'il y a onze postes à prendre sur le terrain et six places sur le banc. Les autres en tribune. Je n'y peux rien, c'est comme ça. Je dois donc faire des choix, les meilleurs possibles en fonction de ce que les joueurs me montrent à l'entraînement et en match. Je le leur ai dit, y compris à Hubert lors d'un entretien plus particulier. Mais il n'y a aucun problème entre nous, et ce n'est de toute façon pas le moment de se quereller. Je prendrai ceux dont je pense avoir besoin pour gagner sans aucun état d'âme...", a conclu Rednic sur le sujet.