La question d'un arrêt du rallye en Arabie saoudite se "pose" après l'explosion qui a touché un véhicule et est "peut-être" liée à un "attentat terroriste", avait déclaré le ministre plus tôt. L'entourage du ministre a précisé par la suite ses propos en indiquant: "La question qui se pose porte sur ce qu'il s'est passé et non sur la suspension éventuelle du Dakar 2022." David Castera a de son côté ajouté: "Nous avons renforcé la sécurité sur les bivouacs, les hôtels, les départs et les arrivées". L'explosion qui a touché un véhicule, le 30 décembre à Jeddah, deuxième ville d'Arabie saoudite, avant le départ du Dakar, a grièvement blessé le conducteur, le Français Philippe Boutron. Les autorités saoudiennes ont écarté samedi la piste d'un acte criminel pour expliquer ce qu'elles ont qualifié d'"accident". Mais le ministère français des Affaires étrangères a souligné dès le début que "l'hypothèse d'un acte criminel" n'était "pas écartée" et que "la menace terroriste persiste en Arabie saoudite". Le parquet national antiterroriste français a annoncé avoir ouvert mardi une enquête préliminaire pour "tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste". (Belga)

La question d'un arrêt du rallye en Arabie saoudite se "pose" après l'explosion qui a touché un véhicule et est "peut-être" liée à un "attentat terroriste", avait déclaré le ministre plus tôt. L'entourage du ministre a précisé par la suite ses propos en indiquant: "La question qui se pose porte sur ce qu'il s'est passé et non sur la suspension éventuelle du Dakar 2022." David Castera a de son côté ajouté: "Nous avons renforcé la sécurité sur les bivouacs, les hôtels, les départs et les arrivées". L'explosion qui a touché un véhicule, le 30 décembre à Jeddah, deuxième ville d'Arabie saoudite, avant le départ du Dakar, a grièvement blessé le conducteur, le Français Philippe Boutron. Les autorités saoudiennes ont écarté samedi la piste d'un acte criminel pour expliquer ce qu'elles ont qualifié d'"accident". Mais le ministère français des Affaires étrangères a souligné dès le début que "l'hypothèse d'un acte criminel" n'était "pas écartée" et que "la menace terroriste persiste en Arabie saoudite". Le parquet national antiterroriste français a annoncé avoir ouvert mardi une enquête préliminaire pour "tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste". (Belga)