"C'est un peu décevant de terminer de la sorte", confia-t-il. "C'était en indoor, sur un court où j'aime jouer. J'ai eu des occasions, mais je ne les ai pas saisies. Lui a été très concentré sur les siennes, c'est ce qui a fait la différence. J'aurais aimé pratiquer un tennis plus agressif, mais je ne suis pas parvenu à élever mon niveau de jeu lorsque j'en ai eu besoin. Cela a été difficile de se faire breaker à 1-0 dans le deuxième set, alors que j'ai eu des occasions d'égaliser à 1-1, et de maintenir la pression. Avec le recul, cela a été un moment clé. Il s'est senti mieux, ne ratait plus grand-chose. Je n'ai jamais vraiment réussi à trouver le bon timing cette semaine, peut-être parce que la surface était plus rapide et les balles difficiles à contrôler. Au final, il a été le meilleur. Je suis content pour lui. C'est un chouette gars. Il m'avait déjà trop souvent battu à l'entraînement pour ne pas y parvenir une fois en match." Battu, Roger Federer était, cela dit, loin d'être abattu. Le Suisse préférait retenir le positif et tous les exploits réalisés lors d'une année faste. À 36 ans, il est en effet revenu de manière étincelante sur le devant de la scène en remportant par moins de 7 titres, dont deux en Grand Chelem, à l'Australian Open et à Wimbledon, ainsi que des victoires aux tournois ATP Masters 1000 d'Indian Wells, Miami et Shanghai. Sa défaite contre David Goffin n'est d'ailleurs que sa cinquième de la saison. "J'ai vécu une année fantastique. Je suis tellement content d'avoir joué à ce niveau du début jusqu'à la fin, jusqu'à aujourd'hui", poursuivit-il. "C'est décevant de finir là-dessus. Mais ce n'est pas si important si je regarde toute ma saison. Je n'aurai cette fois-ci pas six mois pour préparer mon retour. Mais trois semaines de préparation m'ont suffi pendant 15 ans. Je ne me sens pas comme un vieil homme en cette fin de saison. Je vais pouvoir jouer avec les enfants. Pour l'heure, j'ai surtout envie d'une coupure, loin des courts, loin de la pression, et de revenir en Australie pour bien jouer", conclut-il. (Belga)

"C'est un peu décevant de terminer de la sorte", confia-t-il. "C'était en indoor, sur un court où j'aime jouer. J'ai eu des occasions, mais je ne les ai pas saisies. Lui a été très concentré sur les siennes, c'est ce qui a fait la différence. J'aurais aimé pratiquer un tennis plus agressif, mais je ne suis pas parvenu à élever mon niveau de jeu lorsque j'en ai eu besoin. Cela a été difficile de se faire breaker à 1-0 dans le deuxième set, alors que j'ai eu des occasions d'égaliser à 1-1, et de maintenir la pression. Avec le recul, cela a été un moment clé. Il s'est senti mieux, ne ratait plus grand-chose. Je n'ai jamais vraiment réussi à trouver le bon timing cette semaine, peut-être parce que la surface était plus rapide et les balles difficiles à contrôler. Au final, il a été le meilleur. Je suis content pour lui. C'est un chouette gars. Il m'avait déjà trop souvent battu à l'entraînement pour ne pas y parvenir une fois en match." Battu, Roger Federer était, cela dit, loin d'être abattu. Le Suisse préférait retenir le positif et tous les exploits réalisés lors d'une année faste. À 36 ans, il est en effet revenu de manière étincelante sur le devant de la scène en remportant par moins de 7 titres, dont deux en Grand Chelem, à l'Australian Open et à Wimbledon, ainsi que des victoires aux tournois ATP Masters 1000 d'Indian Wells, Miami et Shanghai. Sa défaite contre David Goffin n'est d'ailleurs que sa cinquième de la saison. "J'ai vécu une année fantastique. Je suis tellement content d'avoir joué à ce niveau du début jusqu'à la fin, jusqu'à aujourd'hui", poursuivit-il. "C'est décevant de finir là-dessus. Mais ce n'est pas si important si je regarde toute ma saison. Je n'aurai cette fois-ci pas six mois pour préparer mon retour. Mais trois semaines de préparation m'ont suffi pendant 15 ans. Je ne me sens pas comme un vieil homme en cette fin de saison. Je vais pouvoir jouer avec les enfants. Pour l'heure, j'ai surtout envie d'une coupure, loin des courts, loin de la pression, et de revenir en Australie pour bien jouer", conclut-il. (Belga)