Après une "pige" l'an passé, lorsque, en tant que premier réserviste, il avait remplacé pour le dernier match le blessé Gaël Monfils, Goffin dispute cette année son premier Masters complet. Sa première "vraie" participation est d'ores et déjà une réussite. Pour son entrée en lice, lundi, il s'est offert le scalp de Rafael Nadal, N.1 mondial, 7-6 (7/5), 6-7 (4/7), 6-4. Le deuxième match a cependant tourné au cauchemar: Goffin a été balayé 6-0, 6-2 par le Bulgare Grigor Dimitrov (ATP 6). Vendredi, Goffin a su trouver les ressources pour réagir dans le match décisif face à son ami autrichien Dominic Thiem (ATP 4): 6-4, 6-1 et deuxième place du groupe Pete Sampras, synonyme de qualification pour les demi-finales. Le premier Belge à disputer un Masters masculin est à présent attendu par Roger Federer (ATP 2) pour une nouvelle version de David contre Goliath. Federer, c'est 95 titres ATP, dont 19 en Grand Chelem et 6 dans le Masters, contre les 4 de Goffin. En six affrontements, Goffin, 26 ans, n'a jamais battu Federer, de dix ans son aîné. Le dernier duel, cette année à Bâle, n'a duré qu'une heure (6-1, 6-2). "Je n'ai encore jamais trouvé la clé pour le battre", a confié Goffin en conférence de presse vendredi. "Il faudra changer quelque chose, essayer de faire autre chose pour l'ennuyer, car même quand je frappe bien dans la balle, cela ne le déstabilise pas." D'ailleurs, Federer ne s'en est pas caché: entre Goffin et Thiem, il préfère jouer contre le premier. "J'ai encore disputé un très bon match contre lui récemment à Bâle. Il a perdu ici contre Dimitrov qui a un style de jeu similaire au mien. Thiem, je ne le connais pas assez bien et j'ai le sentiment que je peux mieux contrôler Goffin". Goffin promet en tout cas "de donner tout ce qu'il lui reste". Le Belge n'a rien à perdre, son tournoi est déjà réussi. Et s'il devait sortir samedi, il pourra tout de suite tourner la page: vendredi prochain (24 novembre) commence la finale de la Coupe Davis entre la Belgique et la France. Un autre rendez-vous avec l'Histoire... (Belga)

Après une "pige" l'an passé, lorsque, en tant que premier réserviste, il avait remplacé pour le dernier match le blessé Gaël Monfils, Goffin dispute cette année son premier Masters complet. Sa première "vraie" participation est d'ores et déjà une réussite. Pour son entrée en lice, lundi, il s'est offert le scalp de Rafael Nadal, N.1 mondial, 7-6 (7/5), 6-7 (4/7), 6-4. Le deuxième match a cependant tourné au cauchemar: Goffin a été balayé 6-0, 6-2 par le Bulgare Grigor Dimitrov (ATP 6). Vendredi, Goffin a su trouver les ressources pour réagir dans le match décisif face à son ami autrichien Dominic Thiem (ATP 4): 6-4, 6-1 et deuxième place du groupe Pete Sampras, synonyme de qualification pour les demi-finales. Le premier Belge à disputer un Masters masculin est à présent attendu par Roger Federer (ATP 2) pour une nouvelle version de David contre Goliath. Federer, c'est 95 titres ATP, dont 19 en Grand Chelem et 6 dans le Masters, contre les 4 de Goffin. En six affrontements, Goffin, 26 ans, n'a jamais battu Federer, de dix ans son aîné. Le dernier duel, cette année à Bâle, n'a duré qu'une heure (6-1, 6-2). "Je n'ai encore jamais trouvé la clé pour le battre", a confié Goffin en conférence de presse vendredi. "Il faudra changer quelque chose, essayer de faire autre chose pour l'ennuyer, car même quand je frappe bien dans la balle, cela ne le déstabilise pas." D'ailleurs, Federer ne s'en est pas caché: entre Goffin et Thiem, il préfère jouer contre le premier. "J'ai encore disputé un très bon match contre lui récemment à Bâle. Il a perdu ici contre Dimitrov qui a un style de jeu similaire au mien. Thiem, je ne le connais pas assez bien et j'ai le sentiment que je peux mieux contrôler Goffin". Goffin promet en tout cas "de donner tout ce qu'il lui reste". Le Belge n'a rien à perdre, son tournoi est déjà réussi. Et s'il devait sortir samedi, il pourra tout de suite tourner la page: vendredi prochain (24 novembre) commence la finale de la Coupe Davis entre la Belgique et la France. Un autre rendez-vous avec l'Histoire... (Belga)