"Dans le premier set, les choses se sont déjà mal passées", a admis Bemelmans par la suite. "Je me sentais bien en abordant le match, mais dès la première manche, je n'ai pas mis un pied au sol", a expliqué Bemelmans. "C'était le pire scénario possible. Peut-être que les nerfs étaient un peu trop tendus. J'avais une place en demi-finale à défendre et je jouais dans mon propre pays, ce qui a probablement créé une pression supplémentaire. Dans la deuxième manche, j'ai augmenté un peu mon niveau, mais Gaël a continué à jouer au tennis de façon agressive. Il était vraiment fort." Bemelmans, qui bénéficiait d'une invitation, était le seul Belge dans le tableau final. Le gaucher limbourgeois de 30 ans jouera encore le double en compagnie de Joris De Loore. Il sera opposé mercredi au 1er tour à la paire composée du Brésilien Marcelo Demoliner et du Mexicain Santiago Gonzalez. (Belga)

"Dans le premier set, les choses se sont déjà mal passées", a admis Bemelmans par la suite. "Je me sentais bien en abordant le match, mais dès la première manche, je n'ai pas mis un pied au sol", a expliqué Bemelmans. "C'était le pire scénario possible. Peut-être que les nerfs étaient un peu trop tendus. J'avais une place en demi-finale à défendre et je jouais dans mon propre pays, ce qui a probablement créé une pression supplémentaire. Dans la deuxième manche, j'ai augmenté un peu mon niveau, mais Gaël a continué à jouer au tennis de façon agressive. Il était vraiment fort." Bemelmans, qui bénéficiait d'une invitation, était le seul Belge dans le tableau final. Le gaucher limbourgeois de 30 ans jouera encore le double en compagnie de Joris De Loore. Il sera opposé mercredi au 1er tour à la paire composée du Brésilien Marcelo Demoliner et du Mexicain Santiago Gonzalez. (Belga)