Del Potro qui n'avait plus gagné de tournoi ATP-500 depuis 2013 à Bâle en Suisse, a ainsi décroché son 21e titre à l'ATP et son premier sur le dur mexicain. Cette finale qui s'annonçait comme un gros duel de services, a rapidement tourné à l'avantage de l'Argentin de 29 ans. Ce dernier est en effet parvenu à déstabiliser son adversaire en glissant de nombreux coups slicés sur le revers, poussant régulièrement Anderson à la faute. "J'ai essayé de jouer intelligemment du fond du court", a expliqué après coup Del Potro, qui a décroché le premier set sur un ace à 209 km/h, en 54 minutes. Au second, l'Argentin a poursuivi la même tactique, faisant régulièrement craquer le géant Sud-Africain de 2,03 mètres par ses longs revers slicés, puis changeant de rythme avec de puissantes accélérations en coup droit. A 1-1, Anderson s'est jeté vers le filet mais surpris par un lob, il a chuté lourdement. Il a fait appel au kiné et a repris le jeu, mais a cédé son jeu de service. Jouant désormais avec un bandage au genou gauche, Anderson a été incapable de reprendre l'initiative face à un adversaire, solide et calme. C'est la seconde fois qu'il perd en finale à Acapulco, après sa défaite en 2014 contre Grigor Dimitrov. "Je veux vraiment gagner ce tournoi. C'est avec joie que je reviendrai", a-t-il déclaré sur le court central à l'issue du match. Après cette victoire, Del Potro devient le deuxième Argentin à inscrire son nom au palmarès après Juan Ignacio Chela en 2007. "Cela a été une superbe semaine, la chance m'a accompagné tout du long", a commenté Del Potro à l'issue de la partie. Il aura en effet accroché pas moins de trois joueurs du top 10 ATP à son tableau de chasse: Anderson (8e), Alexander Zverev (5e) et Dominic Thiem (6e). "Ce trophée est très spécial, je le mettrai dans un endroit particulier, et avec beaucoup d'amour", a poursuivi l'ancien vainqueur de l'US Open acclamé par la foule, avant de lancer un "Vive le Mexique! Vive l'Argentine!". Il a eznsuite rappelé au cours de la conférence de presse qu'en 2015, il avait été "tout près de ne plus pouvoir jouer au tennis" après plusieurs opérations chirurgicales. (Belga)

Del Potro qui n'avait plus gagné de tournoi ATP-500 depuis 2013 à Bâle en Suisse, a ainsi décroché son 21e titre à l'ATP et son premier sur le dur mexicain. Cette finale qui s'annonçait comme un gros duel de services, a rapidement tourné à l'avantage de l'Argentin de 29 ans. Ce dernier est en effet parvenu à déstabiliser son adversaire en glissant de nombreux coups slicés sur le revers, poussant régulièrement Anderson à la faute. "J'ai essayé de jouer intelligemment du fond du court", a expliqué après coup Del Potro, qui a décroché le premier set sur un ace à 209 km/h, en 54 minutes. Au second, l'Argentin a poursuivi la même tactique, faisant régulièrement craquer le géant Sud-Africain de 2,03 mètres par ses longs revers slicés, puis changeant de rythme avec de puissantes accélérations en coup droit. A 1-1, Anderson s'est jeté vers le filet mais surpris par un lob, il a chuté lourdement. Il a fait appel au kiné et a repris le jeu, mais a cédé son jeu de service. Jouant désormais avec un bandage au genou gauche, Anderson a été incapable de reprendre l'initiative face à un adversaire, solide et calme. C'est la seconde fois qu'il perd en finale à Acapulco, après sa défaite en 2014 contre Grigor Dimitrov. "Je veux vraiment gagner ce tournoi. C'est avec joie que je reviendrai", a-t-il déclaré sur le court central à l'issue du match. Après cette victoire, Del Potro devient le deuxième Argentin à inscrire son nom au palmarès après Juan Ignacio Chela en 2007. "Cela a été une superbe semaine, la chance m'a accompagné tout du long", a commenté Del Potro à l'issue de la partie. Il aura en effet accroché pas moins de trois joueurs du top 10 ATP à son tableau de chasse: Anderson (8e), Alexander Zverev (5e) et Dominic Thiem (6e). "Ce trophée est très spécial, je le mettrai dans un endroit particulier, et avec beaucoup d'amour", a poursuivi l'ancien vainqueur de l'US Open acclamé par la foule, avant de lancer un "Vive le Mexique! Vive l'Argentine!". Il a eznsuite rappelé au cours de la conférence de presse qu'en 2015, il avait été "tout près de ne plus pouvoir jouer au tennis" après plusieurs opérations chirurgicales. (Belga)