Le président de la Pro League Ronny Verhelst s'est en effet exprimé ce vendredi sur les abus financiers dans le foot dénoncés dans le reportage de l'émission Panorama. "Les conditions d'octroi des licences vont encore être renforcées", a-t-il annoncé. "On va mieux contrôler les différents acteurs du mercato et les mouvements financiers lors des transactions en matière de transferts".

Ronny Verhelst, qui a développé un train de mesures en cinq points, a toutefois convenu que la mise en oeuvre de ce plan nécessitait l'aide des pouvoirs publics. "On n'y arrivera pas tout seuls", a-t-il prévenu. "Le reportage de Canvas implique de mener des enquêtes qui ne sont pas de notre ressort. On ne pourra agir qu'après..."

"Le système des licences a apporté d'indiscutables améliorations, mais cela ne suffit pas", a poursuivi Ronny Verhelst. "Ce sont en particulier les clubs en difficulté financière qui constituent le maillon faible. C'est pourquoi il faut aménager plus régulièrement les conditions d'octroi. Il faudra aussi avoir des exigences envers les dirigeants et candidats repreneurs, qui devront répondre à certains critères déontologiques. Ces tests seront de la responsabilité des clubs. Toute somme d'argent concernant les transferts et les agents de joueurs devront aussi passer par un compte de tiers central afin qu'un contrôle des mouvements financiers soit possible. Avec l'aide de l'Etat...", conclut Verhelst.

L'UB veut étendre le système des licences aux divisions 3 et 4

Le secrétaire-général de l'Union belge Steven Martens a réagi ce vendredi suite à la diffusion de l'émission Panorama "le fisc hors-jeu". Visiblement choqué par l'ampleur du phénomène de l'argent noir, il a proposé quelques mesures pour s'y attaquer. Notamment d'étendre le système des licences aux clubs de division 3 et de promotion.

"Je n'avais pas la naïveté de croire qu'il n'y avait pas d'argent noir en circulation", a-t-il avoué ce vendredi lors d'une conférence de presse. "Mais ce qui m'a sidéré, c'est la facilité avec laquelle de grosses sommes peuvent s'échanger en toute illégalité. Cela nuit à l'image de notre football, qui se veut propre. Le bon côté des choses, c'est que cela va permettre de nettoyer à fond les écuries. En étroite collaboration avec la Pro League..."

Concrètement l'Union Belge entend épauler les clubs dans la gestion de leurs finances et de leurs obligations envers le fisc. "Il faut en effet bien faire la différence entre ceux qui ne veulent pas savoir, et ceux qui effectivement ne savent pas", a souligné Steven Martens.

Etendre le système des licences aux divisions 3 et 4 permettra précisément de mieux contrôler ces clubs. Et les incitera à faire davantage confiance en leurs jeunes joueurs. "Vous verrez que le niveau du football n'en souffrira pas. Tout ceci ne sera cependant possible qu'avec l'aide du secrétaire d'Etat à la lutte contre la fraude, John Crombez", a conclu Steven Martens.

M. Crombez souhaite rencontrer rapidement l'Union belge et la Ligue pro

Certains grands clubs de football acceptent apparemment sans sourciller de l'argent sale, a indiqué ce vendredi le secrétaire à la lutte contre la fraude, John Crombez, après avoir regardé le reportage de Panorama.

M. Crombez (sp.a) a indiqué, à son arrivé au conseil des ministres à Bruxelles, vouloir s'asseoir rapidement autour d'une table avec l'Union belge de football (URBSFA) et la Ligue professionnelle.

Il a rappelé que le gouvernement avait récemment pris des mesures de lutte contre le blanchiment d'argent. "Nous devons voir comment nous pouvons les mettre en oeuvre dans le football", a ajouté M. Crombez.

Le président de la Pro League Ronny Verhelst s'est en effet exprimé ce vendredi sur les abus financiers dans le foot dénoncés dans le reportage de l'émission Panorama. "Les conditions d'octroi des licences vont encore être renforcées", a-t-il annoncé. "On va mieux contrôler les différents acteurs du mercato et les mouvements financiers lors des transactions en matière de transferts". Ronny Verhelst, qui a développé un train de mesures en cinq points, a toutefois convenu que la mise en oeuvre de ce plan nécessitait l'aide des pouvoirs publics. "On n'y arrivera pas tout seuls", a-t-il prévenu. "Le reportage de Canvas implique de mener des enquêtes qui ne sont pas de notre ressort. On ne pourra agir qu'après..." "Le système des licences a apporté d'indiscutables améliorations, mais cela ne suffit pas", a poursuivi Ronny Verhelst. "Ce sont en particulier les clubs en difficulté financière qui constituent le maillon faible. C'est pourquoi il faut aménager plus régulièrement les conditions d'octroi. Il faudra aussi avoir des exigences envers les dirigeants et candidats repreneurs, qui devront répondre à certains critères déontologiques. Ces tests seront de la responsabilité des clubs. Toute somme d'argent concernant les transferts et les agents de joueurs devront aussi passer par un compte de tiers central afin qu'un contrôle des mouvements financiers soit possible. Avec l'aide de l'Etat...", conclut Verhelst.L'UB veut étendre le système des licences aux divisions 3 et 4Le secrétaire-général de l'Union belge Steven Martens a réagi ce vendredi suite à la diffusion de l'émission Panorama "le fisc hors-jeu". Visiblement choqué par l'ampleur du phénomène de l'argent noir, il a proposé quelques mesures pour s'y attaquer. Notamment d'étendre le système des licences aux clubs de division 3 et de promotion. "Je n'avais pas la naïveté de croire qu'il n'y avait pas d'argent noir en circulation", a-t-il avoué ce vendredi lors d'une conférence de presse. "Mais ce qui m'a sidéré, c'est la facilité avec laquelle de grosses sommes peuvent s'échanger en toute illégalité. Cela nuit à l'image de notre football, qui se veut propre. Le bon côté des choses, c'est que cela va permettre de nettoyer à fond les écuries. En étroite collaboration avec la Pro League..." Concrètement l'Union Belge entend épauler les clubs dans la gestion de leurs finances et de leurs obligations envers le fisc. "Il faut en effet bien faire la différence entre ceux qui ne veulent pas savoir, et ceux qui effectivement ne savent pas", a souligné Steven Martens. Etendre le système des licences aux divisions 3 et 4 permettra précisément de mieux contrôler ces clubs. Et les incitera à faire davantage confiance en leurs jeunes joueurs. "Vous verrez que le niveau du football n'en souffrira pas. Tout ceci ne sera cependant possible qu'avec l'aide du secrétaire d'Etat à la lutte contre la fraude, John Crombez", a conclu Steven Martens.M. Crombez souhaite rencontrer rapidement l'Union belge et la Ligue pro Certains grands clubs de football acceptent apparemment sans sourciller de l'argent sale, a indiqué ce vendredi le secrétaire à la lutte contre la fraude, John Crombez, après avoir regardé le reportage de Panorama. M. Crombez (sp.a) a indiqué, à son arrivé au conseil des ministres à Bruxelles, vouloir s'asseoir rapidement autour d'une table avec l'Union belge de football (URBSFA) et la Ligue professionnelle. Il a rappelé que le gouvernement avait récemment pris des mesures de lutte contre le blanchiment d'argent. "Nous devons voir comment nous pouvons les mettre en oeuvre dans le football", a ajouté M. Crombez.